Stanislas Ouaro : « La réussite de cette année scolaire n’est pas seulement l’affaire du gouvernement »

1227 0

Suspendus le 14 mars 2020, les cours ont repris à l’Ecole nationale des enseignants du primaire (ENEP) de Loumbila et de Gaoua. A cet effet, le ministre en charge de l’éducation nationale, Stanislas Ouaro, a effectué le déplacement pour féliciter le personnel enseignant.

Ce lundi 11 mai 2020, les cours ont repris à l’Ecole nationale des enseignants du primaire (ENEP) de Loumbila. Il s’agit de la formation des éducateurs des jeunes enfants. Afin de continuer à assurer la formation des élèves pendant la suspension, l’administration de l’ENEP de Loumbila a mis en place un dispositif de cours en ligne.

Lire également👉 Covid-19 Burkina au Faso : Les mesures à observer à la reprise des activités pédagogiques

Le directeur général de l’ENEP de Loumbila, Job Bassané, a fait savoir que cette stratégie a permis d’exécuter environ 60 heures de cours. « Nous estimons que c’est déjà du gagné. Avec la reprise nous allons essayer de renforcer ce que nous avons dispensé à distance et procéder à leur évaluation et continuer avec les modules qui nous restent sous la main », a-t-il relaté.

les cours ont repris à l’Ecole nationale des enseignants du primaire (ENEP) de Loumbila
Les cours ont repris à l’Ecole nationale des enseignants du primaire (ENEP) de Loumbila

Concernant la prise en compte des mesures barrières dans l’établissement, il a indiqué que chaque classe dispose d’un dispositif de lave-mains et le port du masque est obligatoire.

Raphael Amara Yabo, élève fonctionnaire éducateur des jeunes enfants, s’est réjoui de la reprise des cours en présentiel. « On est resté plus de 50 jours à la maison. Ce n’était pas facile pour nous. Mais l’établissement avait pris des initiatives allant dans la prise des cours en ligne. Malgré tout, ce n’est toujours pas facile pour nous. Les cours en présentiel sont vraiment mieux que les cours en ligne », a-t-il relevé.

Lire aussi 👉COVID-19 au Burkina Faso : La reprise des activités pédagogiques repoussée

A la faveur de la reprise des activités pédagogiques à l’ENEP, le ministre en charge de l’éducation nationale, Stanislas Ouaro, a effectué le déplacement pour encourager le personnel enseignant. C’était, ce lundi 11 mai 2020 à Loumbila. Il a rappelé que c’est la première promotion de formation des éducateurs des jeunes enfants dans les ENEP. Auparavant, leur formation était assurée par le ministère en charge de l’action sociale.

Raphael Amara Yabo, élève fonctionnaire éducateur des jeunes enfants
Raphael Amara Yabo, élève fonctionnaire éducateur des jeunes enfants

A écouter le ministre, ces derniers reprennent les cours parce que le gouvernement a pu mettre en place des mesures barrières dans l’établissement. Il s’agit, entre autres, le respect de la distanciation, la mise à disposition des masques, du savon et des lave-mains. Le ministre Ouaro a fait savoir que tant que les mesures barrières ne seront pas respectées les autres classes resteront fermées.

« Nous sommes en train de travailler à mettre à la disposition un certain nombre d’outils d’observation de mesures barrières. Tant que les mesures barrières ne sont pas observées, nous ne pouvons pas commencer. La majorité de notre système éducatif va attendre encore quelque temps avant que nous puissions réunir les conditions », a-t-il lancé concernant la reprise des cours au niveau national.

Par ailleurs, il a procédé à la remise d’un lot de cache-nez à l’ENEP de Loumbila. Sur la question de comment sauver l’année, Stanislas Ouaro, explique que « rien n’est perdu pour le moment ».

il a procédé à la remise d’un lot de cache-nez à l’ENEP de Loumbila
Stanislas Ouaro a procédé à la remise d’un lot de cache-nez à l’ENEP de Loumbila

« La réussite de cette année scolaire est l’affaire de tous. Ce n’est pas seulement l’affaire du gouvernement. A ce titre, nous saluons toutes les propositions de solutions et les initiatives qui viennent. Au niveau du gouvernement nous travaillons à ce que cette année scolaire soit sauvée. Egalement que le 1er juin soit effectivement une date respectée pour les classes d’examens et nous ferons un point pour les classes intermédiaires. Nous allons aussi proposer des solutions à ce niveau. C’est de rassurer la population, les parents d’élèves que le gouvernement met tout en œuvre pour que cette année scolaire soit sauvée », a affirmé le ministre en charge de l’éducation nationale.

En rappel, dans le cadre de la lutte contre la propagation de la pandémie du Covid-19, le gouvernement avait procédé à la fermeture des établissements d’enseignement le 14 mars 2020.

Jules César KABORE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *