Gestion du COVID-19 au Burkina Faso : Le CIFOEB analyse les effets des mesures restrictives

604 0

Les responsables du Centre d’information, de formation et d’étude sur le budget (CIFOEB) ont présenté ce mardi 12 mai 2020, les résultats d’une analyse sur les effets du Covid-19 et les mesures de riposte sur les budgets des collectivités territoriales.

Le 20 avril 2020, le gouvernement burkinabè a procédé à la prise de certaines mesures restrictives pour limiter la chaine de contamination de la maladie à coronavirus. Ces mesures empiètent sur le budget de certaines collectivités territoriales, selon le Centre d’information, de formation et d’étude sur le budget (CIFOEB). Les effets de ces mesures ont fait l’objet d’une étude réalisée par ledit centre.

Ce centre spécialisé dans les études sur le budget s’est penché sur un échantillon représentatif de trois communes notamment Ouagadougou, Ouahigouya et la commune rurale de Malba. L’étude a révélé que certaines communes tirent  leurs ressources des contributions du secteur du commerce, notamment la patente, la contribution du secteur informel.

Youssouf Ouattara, secrétaire exécutif du CIFOEB, a expliqué que d’autres communes ont leur budget substantiellement alimenté par les frais de location des propriétés dont les boutiques. « Chacune des catégories de communes subira une érosion des ressources propres en fonction de l’importance de ces secteurs économiques. Ainsi la perte des recettes de la commune de Ouagadougou est estimée à 7 456 406 233 FCFA. Soit 25,12% des ressources de la commune sur la base du budget primitif », a-t-il dit.

« L’ensemble des communes pourront connaître des pertes de 11 à 30 % » 

A l’en croire, la commune de Ouahigouya pourrait connaitre une détérioration de ses ressources de l’ordre de 96 861 667 FCFA soit 16,72% des ressources propres de la commune. La perte de la commune rurale de Malba est estimée à 2 474 000 soit 19,17 % de ses ressources.

Le secrétaire exécutif du CIFOEB a également indiqué que ces résultats peuvent se généraliser pour toutes les communes en appliquant un coefficient de perte de 0.33. « Ainsi, l’ensemble des communes du Burkina Faso pourront connaître des pertes de 11 à 30 % de leurs ressources propres à l’image des données des trois communes ici présentées et en tenant compte des spécificités de chaque commune », a-t-il relevé.

A l’issue de cette étude, le CIFOEB a formulé quelques recommandations à l’endroit de l’Etat et des communes. Il s’agit, entre autres, de la réduction du train  de vie de l’Etat en vue de dégager des fonds pour accroitre sinon maintenir les montants de transferts prévus au profit des collectivités territoriales qui seront lourdement affectées par les mesures du Covid-19, la gestion transparente des ressources mobilisées pour la lutte contre le Covid-19 en mettant en place un mécanisme de gestion impliquant des acteurs non étatiques tels que les organisations de la société civile afin d’avoir une adhésion populaire, condition nécessaire pour briser la chaîne de transmission du virus.

Et aux communes, le CIFOEB a recommandé la réduction du train de vie des communes en élaguant substantiellement les ressources affectées aux lignes dont les frais de session, les frais de mission à l’intérieur et à l’extérieur.    

Willy SAGBE (Stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *