COVID-19 au Burkina Faso : « C’est parce que nous sommes en vie que nous avons la capacité de discuter » (Dandjinou)

850 0

Le ministre de la communication a informé ce mercredi 13 mai 2020 que le gouvernement a pris un décret afin d’administrer des concours professionnels en ligne. Aussi, le conseil des ministres du jour est revenu sur le respect des consignes sanitaires pour stopper la propagation du COVID-19.

Des dépôts des dossiers jusqu’à la publication des résultats, tout se fera désormais en ligne pour certains concours professionnels au Burkina. Selon les propos du porte-parole du gouvernement Remis Fulgance Dandjinou, « même les épreuves seront administrées en ligne ». L’objectif selon lui est de gagner en termes de temps et de faire des économies. Ainsi, les résultats pourront être ligne 2 jours après la composition.

Revenant sur la pandémie du covid-19, Remis Fulgance Dandjinou a souligné que plus de 1 832 000 000 francs CFA a été collecté au niveau du compte spécial pour la riposte contre le coronavirus. Sur le respect des mesures barrières, le ministre a rappelé qu’il est de la responsabilité de tout un chacun d’y veiller. Il a aussi ajouté qu’ « une bonne partie des personnes contaminées ont moins de 34 ans ».

« C’est parce que nous sommes en vie que nous avons la capacité de discuter. La levée des restrictions, si jamais elle devait être mise à mal par nos attitudes, on allait retourner à un confinement. C’est clair et net », a déclaré le ministre de la communication sur le respect des consignes.  Selon ses dires, il est dans l’intérêt de tout le monde de travailler à ne pas revenir en arrière par rapport aux mesures restrictives de libertés.

«La question de la religion est une question sensible. Si nous avons un nouveau cas de contamination dans une mosquée, elles (les communautés musulmanes) en porteront la responsabilité. Si les commerçants aujourd’hui trouvent qu’il est de bon ton d’aller au marché et qu’ils ne veulent pas respecter les barrières, si le marché devient un foyer de reprise de la contamination, nous serons obligés de refermer les marchés. (…) Celui qui ne respecte pas, il ne remet pas seulement en cause sa propre sa santé. Il remet également en cause la santé des autres. Les Burkinabè doivent se remettre en situation d’être des citoyens qui acceptent et qui mettent en œuvre. Nous avons allégé des mesures, c’est un pari collectif. Il faut que les gens comprennent. Pour ce qui est des marchés, chacun de nous doit s’assumer. Le changement, il peut s’apporter de deux façons. Soit par une adhésion des personnes, soit par une volonté de l’imposer »

Remis Fulgance Dandjinou

Revenant sur les fuites de documents et des erreurs observées sur certains documents officiels, le porte-parole du gouvernement estime « que ce n’est pas le ministre qui met les documents dehors ». Pour lui, ce sont des acteurs qui se livrent à cette diffusion de document. Cependant, les raisons restent méconnues. 

Sur la reprise des activités pédagogiques, le ministre de la communication a appelé au pragmatisme. Éviter une année  blanche et assurer la sécurité pour tous les acteurs du secteur éducatif pour une reprise restent les situations auxquelles les départements de l’enseignement supérieur et l’éducation nationale s’attaquent.

Basile SAMA

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *