Relevé bimestriel et mesure de gratuité de l’eau : L’ONEA apporte des éclaircissements

1054 0

L’Office National de l’Eau et de l’Assainissement (ONEA) a apporté des éclaircissements lors d’un point de presse animé ce jeudi 14 mai 2020 à Ouagadougou, sur les changements que le consommateur viendrait à constater dans les jours à venir sur les factures d’eau. Le relevé de l’index du compteur se fera désormais chaque deux mois. Puis concernant les mesures sociales en matière de gratuité d’eau, elle attire l’attention sur les échéances qui arrivent à terme.

Moussa Semdé, Directeur clientèle

Au titre de la mesure sociale, Moussa Semdé, directeur clientèle à l’ONEA, rappelle que la gratuité de l’eau ne concerne actuellement que les bornes fontaines et ce, jusqu’en juin.

Par ailleurs, il fait remarquer que pour les abonnées ayant un branchement à domicile, la mesure est appliquée pour les consommations de février, mars et avril 2020 et dont le payement des factures concerne les mois d’avril, mai et juin.

C’est le volume d’eau de 0 à 8m3 consommé, soit un montant de 2 882 F CFA au niveau des ménages, qui est gratuit. Le surplus est payant.

Pour les bornes fontaines, la mesure de gratuité ayant pris effet à partir du 4 avril 2020, elle court jusqu’en juin 2020. La compensation des fontainiers est effective et se fait sur la base du volume d’eau distribué et du coût moyen de vente habituel à la borne fontaine.

A ce jour, huit (8) bornes ne respectant pas la mesure de gratuité sont dans le viseur des agents de l’ONEA,  dont trois (3) sont en cours de retrait des mains des gestionnaires.

 Par ailleurs, il appelle la population à privilégier ceux qui ne possèdent pas de récipients excédant les 200 litres d’eau afin de ne pas poser de désagréments aux autres usagers.

Francis Kéré, le directeur régional de l’ONEA, a tenu à rappeler aussi qu’il y a eu une hausse de consommation d’eau pendant cette période de mesure de gratuité. « Nous sommes passés de 190m3 d’eau par jour, à 200 à 210m3 », dit-il. En effet, regrette le directeur régional, «depuis que l’on a annoncé la gratuité d’eau, les habitudes ont changé, les gens font du sur-stockage, du gaspillage ». Et   Moussa Semdé d’ajouter que « l’eau n’est pas gratuite, c’est l’Etat qui supporte, et l’Etat, c’est vous, c’est nous ». Cette mesure coûtera  6 milliards 79 millions F CFA à l’Etat.

 Pour ce faire, ce dernier appelle les populations à éviter le gaspillage d’eau et le sur-stockage qui se ressentiront sur la facturation des abonnés après la période d’application de la mesure.

Parlant des factures, les abonnés constateront des changements. Le relevé de l’index du compteur se fera chaque deux mois. Et selon le responsable du client, «à chaque passage du releveur, le client reçoit deux factures, une facture sur le relevé et une autre sur la facturation du mois non relevé qui est calculé à partir de la consommation moyenne du client. Les deux factures ont des dates d’échéances différentes ».

Pourquoi un tel changement?

L’ONEA fait face à un accroissement rapide du nombre des abonnées. Entre 1950 et 2010, l’ONEA a réalisé des branchements pour 185 000 abonnés et de 2010 à 2019, 260 000 nouveaux branchements, soit une croissance de 150% en 9 ans.

Denis Benjamin Méda, Directeur du système d’information

« C’est qu’avant même de recevoir sa facture, il (client) peut être informé de sa facture et se préparer à payer. Le client n’a pas cette contrainte d’être là pour recevoir au mois,  le mois le releveur et le releveur a plus de temps pour communiquer et renseigner le client », explique Dénis Méda, directeur du système d’information de l’ONEA.

Une phase pilote a déjà été expérimentée à Ziniaré depuis novembre 2018 et le nouveau système de relevé bimestriel est rentré en vigueur à Ouagadougou le 1er mai 2020.

Revelyn SOME

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *