Burkina Faso : « L’année scolaire et académique 2019-2020 peut être achevée » (Souleymane Badiel)

355 0

Le 24 avril 2020, le ministre en charge de l’éducation nationale, le Pr Stanislas Ouaro a fait savoir que le Président du Faso, Roch Kaboré, « a instruit le gouvernement pour le rétablissement des salaires suspendus » suite à la demande de 14 syndicats. Le jeudi 14 mai 2020, Burkina 24 a interrogé Souleymane Badiel, secrétaire général de la Fédération des syndicats nationaux des travailleurs de l’éducation et de la recherche (F-SYNTER) sur la question. A l’écouter, c’est « une soixantaine » de fonctionnaires qui ont été régularisés sur plus de 700 agents publics touchés par la suspension de salaire. Cette situation, selon lui, est « illégale, discriminatoire et à la limite, haineuse » et de nature à compromettre la reprise des cours. Suspendus pour limiter la propagation de la maladie à coronavirus, les cours peinent à reprendre au primaire, au post-primaire et au secondaire. Souleymane Badiel y a également jeté un regard critique. 

Burkina 24 (B24) : A la date d’aujourd’hui, quelle est la situation des agents dont les salaires de mars avaient été suspendus ?

Souleymane Badiel : La situation qu’on peut faire est la suivante. Pour les 730 et quelque dont les salaires ont été suspendus en fin mars, à la date de la semaine dernière, quand nous avons fait le point, quelques uns d’entre eux ont eu leur salaire du mois d’avril et un rappel du salaire du mois de mars (2020).

Mais la grande majorité, 686 exactement, n’ont pas vu leur salaire du mois de mars rappelé.  Aussi, il y a une dizaine d’entre eux qui n’ont pas eu et le salaire du mois de mars et le salaire du mois d’avril (2020), donc deux mois sans salaire. Enfin, il y a eu une douzaine d’autres travailleurs qui ont subi de nouvelles suspensions de salaire.

Nous sommes surpris d’une certaine communication que le gouvernement fait parce qu’on ne peut pas parler de dialogue tout en restant dans une logique de répression. On aurait compris qu’en fin avril il n’y ait pas eu de nouvelles suspensions et qu’on dise que les suspensions qui ont eu lieu en mars, on travaille à les restituer. Mais ce n’est pas le cas.

Lire 👉 Burkina : 675 salaires suspendus suite à la grève du 16 au 20 mars

La situation est grave parce que nous faisons le constat qu’il y a une sorte de discrimination dans la gestion du personnel. Parmi les 700 qui avaient été frappés par la mesure, il y a une soixantaine d’agents ont vu la levée totale de la mesure de suspension de salaire. La question que nous avons posée aux autorités, c’est qu’est-ce qui justifie ça ? Pourquoi maintenir les autres dans une situation de répression ? Nous n’avons pas de réponses jusqu’à présent.

B24 : Est-ce que la raison de la suspension de salaire a été communiquée aux agents concernés ?

Souleymane Badiel : Non, pas du tout. Le ministre (Stanislas) Ouaro, à sa demande, nous a reçus en audience le 5 mai (2020) autour de cette question. Il ne nous a pas donné la raison qui a conduit à ces suspensions de salaires. Par contre, nous lui avons fait observer que ces suspensions sont intervenues dans un mouvement d’action qui impliquait le mouvement syndical de façon générale, de l’ensemble du secteur public et privé.

Mais il se trouve que la répression n’a visé uniquement que le secteur de l’éducation. Et même dans le secteur de l’éducation, la répression n’a visé qu’une partie des travailleurs qui étaient dans l’action. Dans certains établissements où les travailleurs étaient en action, c’est un seul qu’on a choisi pour réprimer. Dans certaines provinces, c’est un seul camarade, un seul travailleur qui a été choisi sur l’ensemble de la province pour être réprimé. Du reste, quand on regarde, ce sont six régions sur 13 qui ont été touchées par cette mesure.

C’est véritablement une action sélective et qui a visé un certain nombre de travailleurs, d’où le fait que nous disons que c’est un acte illégal, discriminatoire et à la limite, haineux.

B24 : Justement, vous parlez d’illégalité, est-ce que le mouvement syndical a entamé ou compte intenter une action judiciaire contre la mesure ?

Souleymane Badiel : Nous avons dit clairement aux autorités que nous allons nous donner les moyens pour rétablir les travailleurs dans leurs droits et cette action judiciaire n’est pas exclue. Mais pour l’instant, comme il s’agit d’une action beaucoup plus globale, même si on a engagé l’action judiciaire, je me garderai de donner des détails.

Lire 👉 Burkina Faso : Le Président a instruit de rétablir les salaires suspendus (ministre)

B24 : Dans la lancée des suspensions de salaires, des soutiens avaient été sollicités pour appuyer les fonctionnaires touchés par la mesure. Quel est le bilan de cet élan de solidarité ?

Souleymane Badiel : Je voudrais commencer par saluer les travailleurs, mais aussi les gens du peuple qui ont exprimé un élan de solidarité extraordinaire, à la limite inédit. A la fin du mois de mars (2020), c’est autour de 68 millions F CFA de contribution qui ont été réunis. Ces contributions sont venues de l’ensemble des couches sociales de notre pays.

Bien évidemment, cela n’a pas permis de donner à l’ensemble des travailleurs qui ont été touchés au regard de leur nombre, mais le plus important pour nous, c’est cette expression de solidarité. Et c’est l’une des actions qui montre le rejet de la répression qui a été abattue sur les travailleurs.

B24 : Parlant du secteur de l’éducation, la reprise des cours au primaire, au post-primaire et au secondaire a encore été repoussée par le ministère. Est-ce que dans le processus de reprise, la Fédération des syndicats nationaux des travailleurs de l’éducation et de la recherche (F-SYNTER) a été impliquée ?

Souleymane Badiel : Non ! Jusque-là, le gouvernement, à travers le ministère de l’éducation, quand nous sommes invités, c’est pour nous donner des informations. Néanmoins, à l’issue de la première séance d’information qui a eu lieu le 9 avril au cours de laquelle le plan a nous été présenté, le 13 avril, nous avons écrit pour montrer toutes les insuffisances de ce plan en indiquant qu’il n’allait pas permettre une reprise normale des activités pédagogiques au-delà du préalable que nous avons posé et qui est en lien avec la question de la répression.

Nous ne sommes pas impliqués et c’est pourquoi nous disons que pour nous, dans cette situation, il n’y a pas qu’un plan pour achever l’année scolaire. Il doit y avoir plusieurs propositions parmi lesquelles on regarde celle qui est la plus appropriée dans le sens de garantir la santé, la sécurité mais aussi d’assurer l’équité dans la formation des apprenants.

B24 : Des parents d’élèves craignent une année blanche. Partagez-vous les mêmes craintes ?

Souleymane Badiel : J’ose espérer qu’on n’arrivera pas à là et je ne vois pas de raisons pour qu’on arrive à là. Nous avons toujours dit, au niveau de notre organisation, que l’année scolaire et académique 2019-2020 peut être achevée et même dans de bonnes conditions. Il faut donc que le gouvernement et les autorités en charge de l’éducation et de la recherche se départissent des calculs avec des objectifs qui ne sont pas ceux du bien-être de l’éducation et de la recherche.

Si c’est fait et que les problèmes qui sont posés sont réglés, véritablement, l’année scolaire et académique peut être achevée et bien achevée.

B24 : Pour vous, la formule proposée par le gouvernement présente des insuffisances. De votre côté, quelle formule proposez-vous pour sauver l’année scolaire et académique ?

Souleymane Badiel : Nous avons des propositions, mais nous avons des préalables. Si le préalable est levé et qu’on nous demande de faire des propositions, on le fera. Pour l’instant, ce sont les autorités qui gèrent la politique éducative. Nous, on ne gère pas la politique éducative. Si on nous invite pour faire des propositions après avoir levé nos préalables, nous ferons des propositions.

D’ailleurs, ce n’est pas la première fois. Si vous vous rappelez, lors du chevauchement des années académiques, quand on a voulu avancer sur cette question, et quand on a impliqué nos organisations en tant que représentantes des travailleurs, nous avons fait des propositions qui ont demandé des sacrifices aux travailleurs et ils l’ont fait même si cela n’a pas permis de régler définitivement cette question.

B24 : Pouvez-vous revenir succinctement sur les préalables que vous avez évoqués ?

Souleymane Badiel : C’est le rétablissement des salaires des collègues et le remboursement des sommes qui ont été coupées. Mais nous avons dit également qu’il est important de situer les responsabilités quant à ceux qui se sont adonnés à cette action qui est totalement illégale.

B24 : Est-ce que votre syndicat est prêt à taire ses revendications, notamment sur l’IUTS, pour pouvoir sauver l’année scolaire ?

Souleymane Badiel : Cela dépasse le cadre de notre organisation syndicale. Il y a une plateforme générale autour de laquelle une coalition d’une cinquantaine d’organisations syndicales est en lutte et cette question ne concerne pas seulement le secteur de l’éducation. En tant qu’entité sectorielle, nous ne pouvons pas nous prononcer.

Vidéo – Souleymane Badiel sur la reprise des cours 

Burkina 24

B24 : Avez-vous des appels à lancer ?

Souleymane Badiel : A l’endroit du monde éducatif, c’est de féliciter les uns et les autres et leur dire que la lutte pour l’amélioration de nos conditions de vie et de travail est juste. Du reste, on ne peut pas atteindre nos objectifs efficacement s’il n’y avait pas un minimum de condition de travail et de vie qui nous est donné. Il faut garder la sérénité et rester dans la logique de travailler à améliorer les choses sur le terrain dans l’intérêt des travailleurs, mais aussi de notre peuple.

A l’égard des autorités, il n’y a pas d’autres choix que de régler les problèmes. Du reste, l’expérience a montré que toutes les actions qu’elles ont menées dans le sens de contourner les organisations syndicales pour aller vers des solutions biaisées ont échoué. Il faut qu’elles en tirent les conséquences pour se rendre compte que l’option la meilleure, c’est un minimum de règlement des préoccupations posées.

A l’endroit des parents d’élèves, c’est de les rassurer que leurs intérêts et ceux de leurs enfants ont toujours été pris en compte et nous sommes toujours dans cette dynamique. Nous nous réjouissons qu’ils aient perçu qu’on ne peut aller à la reprise des cours, même si nos préalables avaient été satisfaits, sans un minimum de conditions liées aux mesures barrières (contre le Covid-19).

C’est donc que nous puissions nous donner la main de sorte que notre système éducatif soit performant au service de nos enfants qui sont l’avenir de cette nation. Si on bâcle leur formation, on aura échoué et en tant que parents, en tant qu’éducateurs, nous ne devons pas aller dans ce sens.

Propos recueillis par Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Related Post

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *