Le PNUD outille des journalistes à Ouagadougou

Traitement de l’information en période de pandémie : L’apport du PNUD contre les “fake news”

59 0
ECOUTER

Le PNUD et ses partenaires, dans le cadre de l’appui pour la riposte au Covid-19, ont organisé une formation à l’endroit des journalistes. Il s’agissait d’outiller les professionnels des médias au traitement de l’information en temps de pandémie. C’était ce jeudi 21 mai 2020 à Ouagadougou.

Avec l’apparition de la pandémie du Covid-19 plusieurs informations « infondées » circulent. Dans le cadre de sa contribution dans la lutte contre le Covid-19 au Burkina Faso, le PNUD a décidé d’outiller les journalistes dans le traitement de l’information en période de pandémie. Ainsi, une vingtaine de journalistes ont vu leur connaissance renforcée.

Le représentant Résident du PNUD, Mathieu Ciowela, a précisé que de fausses informations circulent sur internet et malheureusement la population y accorde de l’importance. Pour lui, il était important d’outiller les journalistes pour lutter contre les « fake news ».

« Les journalistes ont un rôle important dans la communication sur le changement de comportement. La pandémie du Covid-19 n’est pas uniquement un problème de santé. C’est aujourd’hui un problème de développement et de société », a-t-il indiqué.

La formation a porté, entre autres, sur le traitement de l’information en temps de crise sanitaire et gestion de l’information face à l’apparition des « Fake News ». Le Pr Serge Théophile Balima, formateur du jour, a donné des conseils aux journalistes dans le cadre du traitement de l’information. A l’écouter, le journaliste doit développer le doute méthodique.

Lire également👉 PNUD : Des «Accelerator Lab» pour apporter des solutions locales aux besoins locaux

« De plus en plus, les journalistes sont assaillis par des pluralités des sources d’informations dont la plupart ne sont pas du tout vérifiées et ne véhiculent pas forcement des vérités mais des mensonges calculés. Nous sommes dans un monde où de plus en plus la vérité est confisquée par des groupes de pression et par des obédiences parfois nébuleuses. Il faudra faire attention. Ce doute méthodique est à développer par vous-mêmes à travers une bonne culture générale, la vérification des faits, la confrontation des sources et la rigueur dans la démonstration », a-t-il conseillé.  

Le ministre en charge de la communication, Remis Fulgance Djandjinou, a salué l’initiative du PNUD. Il a fait savoir que l’ensemble des acteurs doivent travailler à améliorer la communication notamment sur le changement de comportement.

« Nous avons tous conscience que la gestion de la Covid-19 au Burkina Faso au niveau communicationnel est entaché de différentes imperfections. Et il est important que chacun des acteurs, le gouvernement et la presse, contribuent à revoir cette situation », a-t-il souligné.

Jules César KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre