Covid-19 au Burkina Faso :« Dans la plupart des laboratoires, nous n’avons pas d’extracteur automatique » (Dr Brice Bicaba)

66 0
ECOUTER

Le coordonnateur par intérim du plan de riposte au Covid-19 a fait le point de la maladie à la date du 20 mai 2020. Si des acquis ont été engrangés dans cette lutte contre la  propagation de la maladie, les autorités sanitaires continuent de prôner le strict respect des consignes.

Une diminution du nombre de cas, c’est le bilan dressé par le coordonnateur par intérim du plan de riposte, le Dr Brice Bicaba. Même si avec l’arrivée des Burkinabè de l’extérieur, les statistiques ont connu une hausse, le coordonnateur estime que la situation est sous contrôle avec les dispositions prises à cet effet.

Comme mesure prise pour éviter la propagation de la maladie avec le rapatriement des Burkinabè de l’extérieur, il y a entre autres la mise en quarantaine systématique de ces personnes et le contrôle régulier de l’évolution de la situation.

Le Dr Bicaba a indiqué que la coordination du plan de riposte a aussi entrepris de tester le personnel soignant. « Nous avons pu tester 74 agents de santé », a-t-il dit. Des dispositions ont été également prises pour mettre en place des points d’entrée dans la ville de Ouagadougou.

Revenant sur le cas des Burkinabè de l’extérieur, le coordonnateur par intérim a expliqué que le dispositif va continuer ainsi pour tous ceux qui vont rentrer. Par rapport au communiqué sur les 20 étudiants recherchés par les autorités sanitaires, le Dr Bicaba s’est prononcé.

« Ils n’ont pas eu leur troisième prélèvement. Donc, ils ne peuvent pas avoir l’autorisation du ministère de la santé. Mais nous avons fait ce communiqué pour que ces personnes reviennent et qu’on fasse le troisième prélèvement et qu’on s’assure qu’ils ne constituent pas un risque », a-t-il martelé.

Sur la nécessité de continuer à rapatrier des Burkinabè de l’extérieur en ces temps de covid-19, le coordonnateur estime que « ce sont des compatriotes aussi ». Selon ses propos, les autorités sanitaires travaillent à réduire les risques.

La question des retards sur la publication des résultats des tests a été également abordée. Le coordonnateur par intérim du plan de riposte se justifie par le manques de matériel. « Dans la plupart des laboratoires, nous n’avons pas d’extracteur automatique », a-t-il dit.

Basile SAMA et Willy SAGBE (Stagiaire)

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre