Reprise des activités pédagogiques : Les acteurs du monde éducatif se concertent

133 0
ECOUTER

La date du 1er juin a été choisie pour la reprise des cours pour les classes d’examens. Pour respecter les dispositions prises, le ministère de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN) a tenu un conseil de cabinet extraordinaire ce vendredi 22 mai 2020. Il s’est agit pour le Pr Stanislas Ouaro et ses collaborateurs de se pencher sur les différents aspects du plan de riposte du secteur éducatif contre le Covid-19.

Deuxième du genre de l’année 2020, le conseil de cabinet extraordinaire du MENAPLN a pour principal et seul objectif l’examen de la stratégie de reprise des cours pour l’achèvement de l’année scolaire dans le contexte de la pandémie du Covid-19. Le Pr Stanislas Ouaro veut ainsi trouver la meilleure solution afin de remettre les élèves dans les salles et empêcher une année blanche.

Avec la suspension des activités pédagogiques, un retard de plus d’une vingtaine de jours a été donc accusé et il faut trouver la stratégie adéquate pour rattraper l’année tout en offrant un bon niveau d’enseignement aux élèves. « L’interruption  des services d’éducation a des conséquences graves à long terme sur les économies et les sociétés », a indiqué le ministre  de l’éducation.

 Le plan de riposte mis en place a nécessité la mobilisation de plus de 8 milliards de francs CFA. Un plan qui doit permettre la continuité éducative, même en ces temps de coronavirus. Et pour ce faire, le département du Pr Stanislas Ouaro a mis en place un certain nombre de dispositions. Il s’agit, entre autres, de l’utilisation des nouvelles techniques de l’information et de la communication et la confection de 12 millions de masques pour les élèves.

Des  difficultés dans le déroulement du plan de riposte

A la date du 16 mai 2020, seulement 1. 291 507 masques ont été confectionnés. Une situation qui ne réjouit guère le ministre de l’éducation. Selon ses propos, la Confédération-Coton-Textile et Habillement (CCTH) éprouve des difficultés pour satisfaire la demande du ministère. « Toute reprise des activités pédagogiques est conditionnée par la disponibilité des masques », a pourtant laissé entendre le Pr Stanislas Ouaro.

Comme point de satisfaction, les magasins des directions régionales ont été ravitaillés en savon conformément aux orientations des premiers responsables du département. « La cadence actuelle de production des masques permet d’envisager une dotation effective des 820 500 élèves et apprenants des classes d’examen  avant la reprise du 1er  juin », a souligné le ministre en charge de l’alphabétisation. Pour les classes intermédiaires, la dotation ne sera pas disponible avant septembre 2020.

Avec ce problème de disponibilité des masques, le calendrier initial pour la reprise des cours pourrait subir des modifications. Et partant de là, tout le calendrier scolaire. Une situation qui plonge le MENAPLN dans une urgence de trouver des solutions consensuelles. « Ce conseil de cabinet extraordinaire est d’une portée capitale pour l’achèvement de l’année scolaire 2019-2020 », a martelé le Pr Stanislas Ouaro.

Basile SAMA

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre