Insécurité au Centre-Nord : L’UPC fait des propositions

229 0
ECOUTER

L’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) a fait des suggestions au gouvernement pour faire face l’insécurité.

Avec environ 1,2 million d’habitants, la région du Centre-Nord compte plus de 687 000 déplacés internes.  Une situation qui aggrave la situation socio-économique de la région. Et ce, d’autant plus que les attaques terroristes font ravages dans la zone. Des villages vidés de leurs populations, des activités économiques rendues impossibles, c’est le constat que l’UPC fait dans la localité.

Avec plus de 57% de la population en situation de déplacés internes, les autorités régionales font face  à un défi qui est celui de l’hébergement et de la restauration de ces personnes. « Les déplacés internes sont sans abri ou dans des abris précaires », a laissé entendre Mathias Ouédraogo, député du Sanmatenga. Selon ses propos, la prise en charge des déplacés est insuffisante.

Lire également 👉👉👉 Déplacés internes : Le cri du cœur du maire de Kaya

« Des écoles et des centres de santé sont fermés dans plusieurs communes. Le cursus scolaire de milliers d’élèves se retrouve ainsi bloqué. Les terroristes confisquent des médicaments et des moyens de transport des malades. Les terroristes interdissent à la population de semer et de cultiver. Une bonne partie du cheptel est emportée et ordre a été intimé de quitter les champs de cultures et de pâturages »

Mathias Ouédraogo

Et pour ne pas aggraver la situation déjà critique, l’UPC estime que plusieurs raisons contribuent à enliser la situation. Il s’agit entre autres de l’insuffisance de moyens de combat des militaires, une insuffisance de la prise en charge « des boys » et un sentiment d’abandon de la région par l’Etat central. Le parti a également mentionné la mauvaise couverture réseau par les compagnies de téléphonie mobile.

La situation des déplacés internes n’est pas reluisante. Plusieurs aspects concourent aussi à l’empirer. Comme justificatif, l’UPC s’appuie sur les difficultés pour l’hébergement et la restauration, des détournements de vivres destinés aux déplacés et un manque criard de prise en charge sanitaire. L’UPC a aussi décrié l’absence de certains maires dans leurs communes .

Lire également 👉 Burkina Faso : L’UPC propose l’opération « Ogapo » ou dénouement final à l’Est

Pour ne pas faire de la critique stérile, le parti a fait une série de suggestions pour venir à bout de la situation sécuritaire. Et aussi  résoudre son corollaire de problème qu’est les déplacements internes. « L’UPC propose un renforcement de la coordination entre les populations et les forces vives.  Un équipement adéquat des volontaires et le lancement d’une deuxième opération militaire pour anéantir le terrorisme », a indiqué Mathias Ouédraogo.

Aussi, le député du Sanmentaga et ses camarades souhaitent la prise de mesures. Et ce,  afin de favoriser le retour des déplacés dans leurs localités d’origine. Ils appellent à une solidarité agissante comme celle qui s’est manifestée pour la lutte contre le Covid-19.

Basile SAMA

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre