Burkina : L’AICB dresse le bilan de la campagne cotonnière 2019-2020

292 0

Les membres de l’Association interprofessionnelle du coton du Burkina (AICB) ont dressé le bilan de la campagne cotonnière 2019-2020 et pris des décisions relatives à la campagne 2020-2021, ce samedi 30 mai 2020 à Ouagadougou.

Au sortir d’une assemblée générale tenue ce vendredi 29 mai 2020, les cotonniers du Burkina ont fait le point de la campagne 2019-2020. Les cotonniers notent une amélioration de la production par rapport à la campagne 2018-2019.

L’AICB s’est dite satisfaite de la production enregistrée pendant cette campagne. On signale des améliorations au niveau de la Société burkinabè des fibres textiles (SOFITEX) et de Faso coton. Par exemple la SOFITEX a connu une amélioration de 16% pour cette campagne. Mais l’AICB déplore le contexte sécuritaire à l’Est qui a causé du tort en termes de rendement à la Société cotonnière du Gourma (SOCOMA).

Wilfried Yameogo, directeur général (DG) de la Société burkinabè des fibres textiles (SOFITEX), a déploré d’importants dommages collatéraux engendrés par la pandémie de Covid-19. Des dommages, qui, selon lui, se ressentent sur l’activité cotonnière. Aujourd’hui, dit-il, « il n’y a plus de demande de coton même si l’offre est là. Il n’y a plus de demande de coton. Ni au niveau du négoce ni au niveau de la transformation du coton », a indiqué Wilfried Yaméogo.

 « Il se trouve que le Covid-19 a mis à plat toute cette organisation »

Situation qu’il a expliquée par le fait que le négociant se trouve situé entre les producteurs et les transformateurs. « Dans notre métier, nous passons  des contrats de vente avec les négociants. Et à des prix fixés, les négociants nous donnent les indications sur les périodes auxquelles, la fibre achetée doit être  mise en forme pour pouvoir être acheminée aux différents points qu’ils ont indiqués », a-t-il confié.

Il a fait savoir que le Covid-19 a chamboulé ce processus. « Il se trouve que le Covid-19 a mis à plat toute cette organisation », a-t-il déploré. Le DG de la SOFITEX a poursuivi en indiquant qu’en ce moment, aucun ne donne l’instruction d’embarquement. Parce que, poursuit-il, aucune unité textile n’émet des ordres pour pouvoir acheter et récupérer ce qu’il a commandé au négociant.

L’AICB déplore les conséquences du COVID-19 sur la vente du coton

« Et cela nous a obligés et cela nous oblige jusqu’à l’heure où nous parlons à devoir stocker la fibre, qui est déjà au niveau des ports d’embarquement en Afrique de l’Ouest. Et il y a également de la fibre entreposée sur le territoire national au niveau des usines en attendant la reprise de l’activité de négoce », a-t-il ajouté.

En ce qui concerne la saison 2020-2021, les cotonniers ont maintenu les prix de cession des intrants dits essentiels au mêmes prix de la saison précédente. L’AICB explique ce maintien de niveaux de prix des engrais et des insecticides grâce à un appui financier de l’Etat à hauteur de 15,437 milliards de FCFA.

Le prix du coton premier choix pour la campagne 2020-2021 est fixé à 240 FCFA le kilogramme et deuxième choix, à 215 FCFA.

En rappel, pour la campagne cotonnière 2019-2020, ce sont au total 500 000 tonnes de coton graine qui ont été produites. Et les cotonniers se fixent pour objectif d’atteindre 550 000 tonnes pour la campagne 2020-2021.

Willy SAGBE (Stagiaire)

Burkina 24   

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *