Semaine nationale de la culture : Les acteurs veulent sauver la 20ème édition

113 0
ECOUTER

Après la suspension de l’organisation de la 20ème édition de la Semaine nationale de la culture (SNC) pour raison de Covid19, le Ministère de la culture, des arts et du tourisme a mené des réflexions sur la possibilité de son organisation les mois à venir. Elle sera marquée par deux autres innovations qui ont été devoilées le samedi 30 Mai 2020 à Bobo-Dioulasso.

En mars passé, le Ministère de la culture, des arts et du tourisme à travers le Comité d’organisation de la Semaine nationale de la culture était à pieds d’œuvre pour peaufiner les préparatifs de la biennale culturelle.

Mais c’était sans compter avec l’arrivée de la pandémie du coronavirus qui fera son apparition le 9 mars 2020 au Burkina Faso. L’évènement initialement prévu à la période du 28 mars au 4 avril 2020 est alors reporté à une date ultérieure.

Mais les acteurs culturels n’ont pas lâché prise. Sous la houlette du ministère de tutelle, ils ont effectué un travail visant à rattraper la 20ème édition. Les raisons qui ont prévalu cette décision ont été données par le Ministre de la culture, des arts et du tourisme Abdoul Karim Sango. Il s’agit entre autres de « la meilleure connaissance de la maladie, son faible taux d’évolution dans notre pays, la reprise des cours et l’arrivée très prochaine de l’hivernage. Sans oublier la tenue des élections », énumère-t-il.

Carte professionnelle et hymne de la SNC

Cette 20e édition reverse deux innovations majeures. A savoir la création d’un document de reconnaissance dont la maquette a été remise par le président du Comité d’organisation de la SNC Thierry Millogo au ministre. « La Carte professionnelle des artistes est une première dans la zone CEDEAO. Elle permettra de nous faire sortir du flou artistique. Parce que tout le monde est artiste mais tout le monde n’est pas artiste professionnel », se réjouit le ministre qui a aussi adressé ses remerciements aux artistes ayant produit une hymne pour glorifier la SNC.

A l’en croire, cette œuvre a été gracieusement produite par 7 voix du Burkina.

Aminata SANOU
Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre