Journée Mondiale de l’enfance : Les enfants doivent retrouver le chemin de l’école en toute sécurité

87 0
ECOUTER

Aujourd’hui 1er Juin 2020, le monde célèbre la journée Mondiale  de l’enfance. Pour Save the Children, cette journée offre l’opportunité de rappeler les conditions dans lesquelles vivent les enfants dans notre monde et de rappeler les efforts à fournir pour créer un meilleur environnement qui favorise leur plein épanouissement. Notre monde d’aujourd’hui fait face à de multiples défis qui commandent que plus d’attention, d’énergie et de ressources soient consacrées pour garantir aux enfants l’avenir meilleur qu’ils méritent.

L’actualité du Covid-19 nous a montré avec clarté que si rien n’est fait pour renforcer les systèmes de protection de l’enfant aux niveaux mondial et national, les facteurs exogènes imprévisibles pourraient définitivement remettre en cause des dizaines d’années d’acquis engrangés en faveur des enfants. Le Covid-19 nous a également révélé la fragilité des systèmes de santé et les insuffisances des alternatives éducatives au profit des enfants. Save the Children attirait déjà l’attention au début de la crise sur le fait que les enfants sont les premières victimes collatérales de la pandémie au Burkina Faso.

Au Burkina Faso, la célébration de cette journée coïncide avec la réouverture des classes d’examen après la fermeture des écoles depuis le 16 mars 2020 sur l’ensemble du territoire national pour prévenir la propagation du Covid-19. Cette réouverture s’inscrit dans le cadre du Plan de riposte du Ministère de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales (MENAPLN) pour la continuité éducative dans le contexte du Covid-19, que Save the Children salue et appuie.

Des enfants, que nous avons pu rencontrer, placent beaucoup d’espoir sur la décision de rouvrir les écoles, en y voyant une opportunité de valider leur cursus scolaire en prenant part aux différents examens. « Un jour on a appris que notre école sera fermée à cause du coronavirus. J’entends dire que c’est une maladie très contagieuse et qu’il faut prendre des précautions pour se protéger. Depuis lors, je suis à la maison. J’essaie de réviser mes leçons, mais ça ne peut plus être comme avant. J’ai vraiment hâte que les cours reprennent. L’école me manque. Je souhaite qu’on nous permette de reprendre, parce que je veux bien me préparer et passer mon Certificat d’Etude Primaire (CEP) », raconte Naomie, 12 ans, élève en classe de CM2 à Ouagadougou, au Burkina Faso.

Clarice, une jeune fille de 15 ans, a quant à elle fait part à Save the Children de ses inquiétudes depuis l’apparition du Coronavirus avec les restrictions sociales et la fermeture des écoles. Elle dit : « Je n’imaginais plus retourner à l’école car les gens disaient que la maladie durerait très longtemps et risquait de tuer tout le monde. Je ne peux pas vous expliquer toute la peur et l’anxiété que j’ai vécues ces deux derniers mois. Comment sera mon examen ? Mon avenir ? A la télévision c’était toujours de mauvaises nouvelles. Ni mes parents, ni personne, ne pouvaient me rassurer sur quoi que ce soit. Aujourd’hui je sens l’espoir renaitre. Même si je n’ai pas pu bosser pendant plusieurs semaines, je suis prête pour me remettre au sérieux pour avoir mon BEPC. »

Les points de vue des enfants expriment à la fois espoirs et craintes, sans doute au regard du contexte spécifique de la reprise des cours. C’est pourquoi Save the Children exhorte le gouvernement à tout mettre en œuvre afin d’assurer un retour sans risques d’exposition des enfants à des dommages de quelque nature que ce soit. A ce propos, Mme Emilie FERNANDES, Directrice de Save the Children au Burkina Faso a dit :

« Save the Children apprécie la décision des autorités du Burkina Faso de rouvrir les écoles, qui s’accompagne d’une série de mesures pour éviter la propagation du Covid-19 dans les écoles, afin de permettre aux enfants de reprendre les cours en toute sécurité.

Des millions d’enfants sont restés à la maison pendant plus de 2 mois sans possibilité de continuer correctement leur éducation. Le lieu le plus sûr pour un enfant est l’école. Hors de l’école et sans éducation, les enfants sont exposés aux abus, à la négligence, à la violence ou encore à l’exploitation, et sont plus susceptibles, surtout les filles, d’abandonner complètement l’école.

De nombreux enfants entre 08 et 12 ans rencontrés les semaines passées, nous ont fait part de leur volonté de retourner à l’école, de continuer à être en contact avec leur école et leurs amis. Ils vivent difficilement le fait de rester à la maison sans activités ou suivi pédagogique et sans appui psychosocial pour la plupart.

Save the Children attire cependant l’attention sur le fait qu’il est primordial que toutes les mesures de prévention et d’hygiène soient mises en place et scrupuleusement respectées par les élèves et le corps enseignant et encadrant pour éviter des cas de contagion au Covid-19 pour ces enfants et leur famille.

De nombreux enfants ont été anxieux et atteints psychologiquement du fait des restrictions sociales et de la fermeture des écoles, il est donc important que les enseignants soient attentifs au comportement des enfants et leur sensibilité. Il serait nécessaire que les enseignants soient équipés et formés à détecter, référer et/ou accompagner ces cas.

Par ailleurs, le fait d’accorder une importance aux approches alternatives d’éducation, notamment l’expérimentation de l’éducation à distance en utilisant les médias classiques ou d’autres formes d’approches est une bonne tendance à soutenir, quand on sait que bien avant le Covid-19, plus de 350.000 enfants étaient déjà privés d’éducation du fait de l’insécurité. ».

Nous devons tous travailler à ce que cette reprise des cours se déroule dans un climat de sérénité absolue au profit des enfants, les mettant à l’aise et les protégeant aussi bien sur le plan physique, psychologique, qu’émotionnel.

Bonne reprise des cours aux élèves et plein succès dans leurs examens.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre

Communiqué nécrologique

Posté par - 30 juin 2020 0
ECOUTER La grande famille BANGBATINBO à Ouahigouya, Ouagadougou, Bobo Dioulasso, Le Barélogo Naaba à Ouahigouya, la famille de feu El…