Insécurité Burkina : «Nous devons tout faire pour que ça ne se reproduise pas » (Remis Dandjinou)

134 0
ECOUTER

Le ministre de la communication Remis Dandjinou s’est prononcé sur le déroulement des examens scolaires en ces temps de Covid-19. Si les principaux concernés s’inquiètent du niveau de ces examens, le gouvernement lui assure que les dispositions prises permettront aux élèves de passer les examens sans crainte.

La suspension des cours pour cause de Covid-19 a mis le système éducatif en retard. L’évolution du programme avec l’année scolaire n’a pas été respectée. Une raison qui pousse les élèves à craindre des examens de fin d’année relevés.

Face à cette situation, le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Remis Fulgance Dandjinou a livré la lecture du conseil des ministres qui s’est tenu ce mercredi 3 juin 2020. « Vous savez qu’à la date d’aujourd’hui, au ministère de l’éducation nationale, normalement les sujets sont déjà arrêtés » a-t-il soulevé.

Selon ses propos, l’adoption des sujets est donc un sujet très délicat qui ne saurait être réglée en deux ou trois semaines. Le ministre de l’éducation fonde alors l’espoir de voir les nouvelles mesures édictées dans les écoles contribuer à un apprentissage rapide et bon. Il veut ainsi éviter des situations pénalisantes pour les élèves.

« Avec le principe de distanciation qui est appliqué, on se retrouve dans une situation où il y a très peu d’élèves avec deux professeurs. On a donc l’espoir que les apprenants vont véritablement bénéficier de ce temps là pour rattraper et terminer les programmes », a dit Remis Fulgance Dandjinou. Il a aussi appelé les uns et les autres à ne pas « avoir d’inquiétudes majeures ».

La question sécuritaire

Pour ce qui concerne la situation sécuritaire, le porte-parole du gouvernement a indiqué que la situation actuelle du Burkina est perceptible par tous. 

« Nous avons perdu beaucoup de nos concitoyens. Tout le monde a conscience de la situation dans laquelle nous sommes. Nous sommes dans une guerre asymétrique. Il est certain que nous ne pouvons pas garantir que ces genres d’attaque ne vont plus se produire. Mais il certain que nous devons tout faire pour que ça ne se reproduise pas», a-t-il dit sur les attaques qui ont visé des civils et ont fait une cinquantaine de morts.

Un autre point abordé lors du conseil des ministres est le planning familial. Selon le ministre de la communication, la gratuité du planning familial sera traduite à l’échelle nationale. « Nous avons adopté le principe de l’extension nationale de la gratuité de la planification familiale », a dit Remis Fulgance Dandjinou.

A la suite donc des régions du Centre et des Cascades, c’est désormais tout le Burkina Faso qui est couvert par ce principe. Les objectifs visés par cette mesure sont entre autres une incidence synthétique de la fécondité et une prévalence contraceptive de 32% en 2020.

Basile SAMA

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre