Burkina : “Halte au sabotage de la formation des élèves !” (CEEB)

139 0
ECOUTER

Ceci est une déclaration de la Coordination des Elèves et Etudiants Burkinabè (CEEB) sur la situation scolaire.

Camarades élèves et étudiants,

Le 27 mai 2020, le gouvernement, à l’issue d’un Conseil des Ministres, prenait de graves décisions concernant la reprise des activités scolaires suspendues depuis le 16 mars pour briser la chaine de contamination de la maladie à coronavirus dont les premiers cas avaient été découverts le 09 mars. Ces décisions peuvent se résumer ainsi qu’il suit :

  • reprise effective des activités pédagogiques dans les classes de CM2, 3e et terminal le 1er juin ;
  • examens du CEPE et du BEPC fixés pour le 14 juillet et le BAC pour le 3 août ;
  • passage automatique des élèves des classes de CP1, CE1 et CM1 en classe supérieure ;
  • passage en classe supérieure sur la base de la plus forte moyenne disponible sans toutefois qu’il n’y ait plus de 10% de  redoublement pour les élèves de CP2 et CE2 ;
  • passage en classe supérieure sur la base de la plus forte moyenne disponible pour les élèves de 6e, 5e, 4e, 2nd et 1ère.

Les explications données par le ministre Stanislas OUARO sont loin de convaincre les acteurs de l’éducation en particulier les élèves et les étudiants. Au regard de telles décisions, dans un secteur aussi important qu’est l’éducation, l’on ne peut s’empêcher de se poser les questions légitimes suivantes : quelle démarche scientifique a pu inspirer de telles décisions ? Le gouvernement a-t-il pris le soin d’évaluer le taux d’exécution physique des cours dans les établissements avant de prendre de telles décisions ? Quel sera l’impact de cette mesure sur le niveau général de l’enseignement ?

A l’évidence, ces décisions sont hasardeuses puisqu’elles ont été prises sans une consultation préalable des acteurs de l’éducation. Du reste, certains de ces acteurs clés notamment les syndicats des travailleurs de l’éducation ont dénoncé et rejeté ces mesures en ce qu’elles auront des conséquences désastreuses sur le niveau de l’enseignement qui depuis l’application des Programmes d’Ajustement Structurels (PAS) des années 1990 est en baisse continue. Il ne pouvait en être autrement quand on sait que les dirigeants actuels qui, pour la plupart sont dans les arcanes du pouvoir depuis trente-cinq (35) ans ont toujours relégué l’éducation des enfants du peuple au second plan. Leurs décisions pour la plupart sont guidées par leurs propres intérêts et la satisfaction des bailleurs de fond.

Pour la CEEB, les mesures prises par le Conseil des Ministres du 27 mai sont à inscrire dans le cadre de la répression qu’abat le gouvernement contre les travailleurs de l’éducation notamment. Plutôt que d’engager un dialogue sincère avec les syndicats de l’enseignement en lutte pour des meilleures conditions de vie et d’études, le gouvernement préfère pratiquer la politique de l’autruche.  En procédant ainsi, il entend contourner les revendications des enseignants en lutte pour la satisfaction de leur protocole d’accord et aussi contre l’application de l’IUTS dans le cadre de la coalition syndicale.

Qui plus est, la reprise des activités académiques le 1er juin a donné de constater que le gouvernement n’a pas tenu ses engagements relatifs aux mesures barrières dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.  En effet, certains établissements sur le territoire national ont commencé les cours sans que ces mesures barrières aient été prises (absence de dispositif de lave main et de cache-nez).  Dans d’autres établissements, les élèves ont bénéficié d’un cache-nez au lieu de deux comme promis et les dispositifs de lave-mains mis en place sont insuffisants. Pire, la qualité de certains cache-nez laisse à désirer.

Camarades élèves et étudiants ;

De ce qui précède, la CEEB :

  • invite le gouvernement à reconsidérer ses décisions en permettant à tous les élèves de reprendre les cours afin de terminer l’année académique et ce, dans le respect des mesures barrières ;
  • appelle les élèves et étudiants à respecter les mesures édictées par les autorités sanitaires  et à se solidariser avec la lutte des travailleurs de l’éducation ;
  • appelle toutes ses sections à se tenir prêtes pour toute action que l’évolution de la situation commanderait.

Non à un enseignement au rabais !

Pour une éducation de qualité au profit des enfants du peuple, en avant !

 

Le Bureau Exécutif National

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Il y a 1 commentaire

  1. Je suis d’avis des decisions prisent par nos autorités…Sur ce je m’en vais vers les élèves et étudiants de suivre bien ces mesures fiables et avantagieux pour tous les acteurs éducatifs…..
    Prenez bien soin de vous mes chèrs compatriotes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre