Education : Une conférence de presse d’élèves finit  en queue de poisson

258 0
ECOUTER

Les élèves en classe d’examen des lycées et collèges de la ville de Ouagadougou ont, au cours d’une conférence de presse, salué l’engagement du gouvernement quant à leur sort sur cette année scolaire 2019 2020. Mais la rencontre a été interrompue suite à l’irruption d’un groupe d’élèves mécontents.

« Le tournant décisif dans le milieu scolaire dont nous parlons aujourd’hui est d’autant plus important que le gouvernement a solennellement et officiellement décidé de la reprise des cours dans les classes d’examen depuis le 1er juin 2020, après avoir validé l’année scolaire des classes intermédiaires.

C’est justement le lieu pour nous de saluer le sens de responsabilité et la clairvoyance du gouvernement à vouloir sauver notre année scolaire », a déclaré en début de conférence de presse, Ouédraogo Cheick Abdoul Kabir, au nom des délégués d’établissements scolaires.

Pour eux, cette mesure du gouvernement est salutaire d’autant plus que le sort a enfin été fixé. Il s’agit donc, toujours selon les dires de Kiendrebéogo Steven Christian, Linda Fayçal, Traoré Abdoul Razack et Sanogo Carolle, d’œuvrer, tout en restant disciplinés pour que cette reprise des classes soit effective. 

Les animateurs de la conférence de presse n’ont pas pu dérouler l’objet de la rencontre jusqu’à la fin

Cependant, cette conférence de presse n’a pas été terminée. Un groupe d’élèves a fait irruption dans la salle, interrompant ainsi la rencontre.

 Sawadogo Alice, élève en classe de Terminale D, a expliqué leur action. « Nous sommes bel et bien pour la reprise des cours mais les mesures ne sont pas respectées. Nous réclamons l’amélioration de nos conditions de travail », a-t-elle déclaré.

Elle a poursuivi que la déclaration liminaire n’émanait pas de ses camarades. « Cette déclaration n’a pas été écrite par des élèves. La déclaration a été écrite par l’administration et remise aux élèves pour que les élèves puissent lire la déclaration et déclarer au public qu’on est bien dans nos établissements », a-t-elle ajouté.

Les conférenciers du jour ont cependant affirmé rester sur leur position. «S’il y a des camarades qui sont corrompus par certains syndicats et qui souhaitent boycotter les évènements, je pense que le ministre et le gouvernement prendront les mesures nécessaires pour que nous finissions notre année scolaire », a assuré Kiendrébéogo Steven Christian.

Corine GUISSOU et Willy SAGBE (stagiaires)

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre