Burkina Faso : Le processus de validation du code de la santé publique en cours de consolidation

Les acteurs de la santé se sont réunis ce jeudi 11 juin 2020 à Ouagadougou pour consolider le processus de validation du code de la santé publique. Cet atelier a été présidé par le ministre de la santé, Pr Claudine Lougué.

Le code de la santé publique du Burkina Faso est en vigueur depuis 26 ans. C’est pourquoi, des chercheurs, formateurs, grandes personnalités de la santé, des ministères et des institutions se sont réunis pour porter un regard sur ce code. Il s’agit de faire en sorte que l’éthique, la bioéthique et  les besoins des populations soient pris en compte dans le respect de la dignité, dans le respect de la solidarité nationale.

Quelques participants à l’ouverture de l’atelier sur le processus de consolidation du code de la santé publique

Selon la ministre de la santé Pr Claudine Lougué, le code de la santé publique du Burkina Faso est vieux de 26 ans et depuis lors,  il y a eu plusieurs  évolutions. « Il y a eu des évolutions technologiques. Il y a eu des évolutions même au niveau des besoins des populations. Des besoins de santé des populations donc il était opportun qu’on se retrouve de manière multidisciplinaire, multisectorielle pour réviser ce code», a-t-elle affirmé.

Ce nouveau code prendra  en compte les évolutions technologiques. Il s’agit d’une  réactualisation du code tenant compte de tout ce qui s’est passé depuis 26 ans.

La ministre de la santé , Pr Claudine Lougué répondant aux questions des journalistes

« Maintenant on parle de e-santé. Il y a 26 ans, on n’en parlait pas. Il y a eu des évolutions technologiques. Il y a eu l’évolution dans les besoins de santé même des populations donc tout ça, le code va essayer de prendre en compte tout en laissant une ouverture vers l’avenir. », a-t-elle relaté.

Le code de santé publique est porté par la loi n°23-94/ADP du 19 mai 1994. Il oriente et pose le principe directeur de l’organisation du système de santé du Burkina.

La ministre de la santé a espéré qu’à l’issue des 72 heures de travaux, il soit mis à  la disposition du pays, un code de santé publique, consolidé, qui prend en charge tous les besoins exprimés de toutes les parties prenantes qui sont réunies et  représentent la société.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page