Situation nationale : Le diagnostic du Balai citoyen

945 0

Le Balai Citoyen s’est prononcé  sur la situation nationale ce jeudi 11 juin 2020. Eric Ismaël Kinda et ses camarades sont revenus sur la situation sécuritaire et la situation économique du « pays des Hommes intègres ». Les prochaines échéances électorales ont été également abordées.

Une situation sécuritaire inquiétante qui n’épargne personne, c’est le constat fait par le Balai citoyen. « Les attaques affectent les populations sans distinction d’appartenance ethnique, religieuse, de couche ou de classe sociale », a déclaré Eric Ismaël Kinda, le porte-parole du mouvement. Selon ses propos, l’absence de revendication est une caractéristique propre aux attaques terroristes au Burkina.

« En face, la réponse du régime au pouvoir est largement en deçà des attentes », toujours selon les dires du porte-parole.  Et ce, en dépit des cinq longues années de souffrances des populations.  « Le phénomène terroriste a pris corps dans le pays », a laissé entendre Eric Kinda. Et l’accroissement du budget alloué à la sécurité semble ne pas avoir d’effets sur la lutte.

Selon le Balai citoyen, « les capacités opérationnelles de notre armée demeurent insuffisantes ». Pour justifier sa position, il s’appuie sur le regain de terrain de l’insécurité et l’accroissement régulier du nombre de victimes. Eric Ismaël Kinda et ses camarades se demandent alors « comment le pays est géré ? ». A leur avis, le problème n’est ni un manque de courage ni un manque de compétences.

Il « se situe au niveau des moyens, de l’organisation, du centre de décision et des décisions politiques. Il y a lieu de dénoncer avec la plus grande énergie les tergiversations concernant la dotation en armement adéquat ». Une contradiction selon eux au moment où les autorités ont commencé à recruter des volontaires pour épauler les FDS dans  la lutte contre le terrorisme.

« Le calendrier électoral doit être respecté »

Et même sur les meures d’accompagnement des volontaires pour la défense de la patrie, le Balai citoyen estime qu’elles sont insuffisantes. Il pointe ainsi du doigt « les modalités  actuelles de son opérationnalisation ». La durée de la formation de 14 jours a été donc saisie comme une insuffisance. Eric Ismaël Kinda demande alors de revoir cette durée pour la rendre plus conséquente.

Sur le plan économique, le Balai citoyen a relevé « une mal gouvernance » du régime et «il est véritablement affligeant qu’un régime post-insurrectionnel puisse s’offrir le luxe de tel record de dossiers sales ». Et ce, en si peu de temps. L’affaire de l’ancien ministre de la défense et celle des dépenses folles du maire de la commune de Ouagadougou ont été utilisées  pour soutenir les propos de Eric Ismaël Kinda. « Pour l’une des rares fois, un ancien ministre, membre du parti au pouvoir croupit dans les geôles de la MACO », a-t-il soulevé.

Pour le Balai citoyen, il est nécessaire de punir même les « grands poissions » dans un climat dominé par la corruption. Il reste cependant « vigilant quant à l’aboutissement de la procédure ».  Pour les élections de novembre 2020, Eric Ismaël Kinda a annoncé que « malgré la situation sécuritaire difficile, par principe le calendrier électoral doit être respecté ». Il préconise alors un dialogue national pour impliquer toutes les forces vives dans la prise de décision.

Basile SAMA

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *