Burkina Faso : « Roch Kaboré mérite la note de 2 sur 10 » (Adama Seré)

1110 0

La crise sécuritaire, les tentatives de fraude lors de l’enrôlement des électeurs dans le Plateau central, le sondage du Présimètre et l’affaire de Armand Pierre Béouindé. Ce sont des points abordés par l’opposition politique burkinabè dans son habituel point de presse ce mardi 16 juin 2020. 

L’opposition politique a donné une note de 2 sur 10 au Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. C’était ce mardi 16 juin 2020 au cours d’un point de presse animé concomitamment par Adama Seré, président du Rassemblement des écologistes du Burkina Faso (RDEBF) et Amadou Diemdioda Dicko, vice-président de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC).

« L’Opposition politique note que le président n’a fait que chuter dans les sondages. Mais elle estime qu’objectivement, Roch Marc Christian Kaboré mérite une note de 2 sur 10 », a lancé Adama Seré.

Pour lui, cette note, qui intervient après le sondage du Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) rendu public le 11 juin 2020, s’explique par le fait que le président Kaboré a suivi d’une part la promotion du Faso Danfani relancée par les dirigeants de la transition, d’autre part pour avoir inauguré les chantiers dont le financement a été bouclé sous Blaise Compaoré.

“Après avoir trahi son serment, Roch Kaboré devrait demander pardon au peuple burkinabè et aux ancêtres et renoncer, par dignité, à solliciter un second mandat à ce peuple qui a tant souffert de sa gestion chaotique”

Adama Séré

« A part cela, Roch Kaboré a fait reculer le Burkina Faso avec plus de 2000 morts, plus de 4000 écoles fermées, le tiers du territoire occupé par les terroristes, et près d’un million de déplacés internes », a-t-il ajouté.

L’attaque en territoire ivoirien « interpelle toute la sous-région ouest-africaine »

Concernant l’attaque contre le détachement militaire de Kelbo, l’opposition a salué la riposte « héroïque » des Forces de Défense de Sécurité (FDS). « L’Opposition félicite une fois de plus les FDS qui se battent pour défendre notre pays. Malgré le peu de moyens dont elles disposent », a affirmé le président du RDEBF.

Par ailleurs, l’opposition, à travers les conférenciers du jour, a présenté ses condoléances aux familles des victimes. Elle a aussi réagi sur l’attaque terroriste de Kafolo, à la frontière de la Côte d’Ivoire avec le Burkina.

« De même, l’Opposition politique présente ses condoléances et témoigne de sa compassion au pays frère et ami qu’est la Côte d’Ivoire, suite à l’attaque meurtrière que ses soldats ont subie », a déploré l’opposition dans la déclaration lue par Adama Séré.

Selon celui-ci, « cette attaque interpelle toute la sous-région ouest-africaine sur la nécessité de conjuguer davantage les efforts et d’avoir une stratégie transnationale de combat contre le terrorisme ».

L’opposition ne peut pas s’interférer dans les affaires judiciaires…

Sur les élections du 22 novembre 2020, l’opposition a déploré les révélations faites par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à travers un communiqué dans lequel elle a révélé que « des individus ont organisé, dans le cadre de la révision des listes électorales en cours dans la province de l’Oubritenga, le transport des individus en vue de leur enrôlement en tant qu’électeurs à Ziniaré ».

Réagissant sur l’affaire Armand Pierre Béouindé, maire de Ouagadougou, Amadou Diemdioda Dicko, vice-président de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC), a relevé que l’opposition ne peut pas s’interférer dans les affaires judiciaires tels que « le fait le pouvoir en place ». « Ce que nous saluons, c’est que la justice ait pris ses responsabilités qui relèvent de son indépendance et a agi », a-t-il laissé entendre.

L’opposition a, à cet effet, appelé à la démission immédiate du maire de Ouagadougou et qu’il se mette à la disposition de la justice. L’arrestation et le déferrement à la MACO d’Armand Béouindé ont également été souhaités par les deux représentants de l’opposition. Quant aux juges et hommes de droit, ils ont été encouragés à poursuivre dans cette logique d’opérations qualifiées de « mains propres ». 

Willy SAGBE (Stagiaire)

Burkina 24  



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *