Lutte contre le coronavirus au Burkina : Plus d’un million de personnes touchées par les volontaires

648 0

Le Groupement d’Intérêt Public-Programme National de Volontariat au Burkina Faso (GIP-PNVB) a fait le point du déploiement des 15 000 volontaires pour la lutte contre le Covid-19. La structure a marqué une pause en cours de chemin pour un bilan du programme.

La pandémie du Covid-19 a plongé le monde dans des difficultés. Pour limiter les dégâts, les différentes autorités ont misé sur la prévention. Ainsi, des équipes ont été chargées de faire des sensibilisations. Seulement, une telle manœuvre nécessite la mobilisation de ressources humaines conséquentes. C’est en réponse à cette problématique que le GIP-PNVB a initié une collaboration avec les structures œuvrant dans la lutte contre le Covid-19.

Pour ce faire, la structure a entrepris de recenser les associations évoluant dans ce domaine à travers l’intervention des volontaires. Plus de 400 associations se sont manifestées nécessitant la mobilisation de plus 37 000 volontaires. A mi-parcours, le PNVB a déployé des jeunes volontaires dans plusieurs localités, dont le grand marché de Ouagadougou, de Bobo-Dioulasso, Saaba et Kaya.

Au total, c’est plus de 1 700 000 personnes touchées par les actions des volontaires entre mai et avril 2020. Cela a nécessité un travail commun d’environ 1 550 volontaires dans la même période. Pour les prévisions de la prochaine phase, c’est 1 600 000 personnes à toucher avec un déploiement de plus de 5 000 volontaires dans plus de 100 localités pour couvrir la période de juin à juillet.

Du côté des associations qui sont accompagnées par le PNVB, les premiers responsables disent être satisfaits du partenariat. Le directeur général du GIP-PNVB, Bourèima Nabaloum,  explique que l’accompagnement de sa structure se situe au niveau de la formation, de l’équipement et la prise en charge des volontaires pour ce qui est de la restauration et du carburant. Selon ses propos, « ils n’ont pas de difficultés particulières ».

Il note donc un impact positif dans les habitudes. « En termes de sensibilisation, l’objectif est atteint », a-t-il déclaré. Pour ce qui est des zones à fort défi sécuritaire, Bourèima Nabaloum a indiqué que les volontaires sont pris sur place. Il n’y a donc pas de déplacements de personnel, selon ses propos. Tout est fait au niveau local à travers les services déconcentrés du PNVB.

Sur le travail concret des volontaires sur le terrain, ils sont chargés de sensibiliser les populations sur les risques liés à la maladie. Chose qui a eu des résultats positifs dans les zones servies par cette première étape du programme. Même si le directeur général du PNVB  est sceptique sur l’aboutissement du programme, il espère qu’avec l’accompagnement des partenaires, ils pourront en exécuter une grande partie.

En guise d’informations, le GIP-PNVB a été créé en 2008 et a pour missions de valoriser, promouvoir et développer toutes les formes d’engagement volontaire et de gérer le développement du volontariat national au Burkina.

Basile SAMA

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *