Burkina Faso : Bientôt une nouvelle unité de fabrication de médicaments

1115 0

Le ministre du commerce a entamé une série de visites  dans les différents sites de transformation et de fabrication. Ce mardi 16 juin 2020,  il a visité un site de production de plaques solaires et une unité de fabrication de médicaments à Ouagadougou.

L’unité de fabrication de plaques solaires made in Burkina, implantée dans la zone de Kossodo, dénommée « Faso Energy», a reçu la visite du ministre du commerce Harouna Kaboré ce mardi 16 juin 2020. Cette unité a un coût  d’investissement d’environ 4 milliards de F CFA  pour la première étape, avec l’appui du gouvernement.

Le ministre du commerce visite l’usine de fabrication de plaques solaires made in Burkina

« Le promoteur envisage d’aller dans une deuxième étape où nous irons à  plus de 9 milliards de F CFA d’investissements pour faire d’autres types de produits. Notamment tout ce qui est solaire dans l’irrigation. Le gouvernement s’est engagé au côté de l’investisseur en accompagnant avec le taux d’investissement fiscal d’environ 850 millions de F CFA, que le gouvernement accepte ne pas encaisser durant cette phase en termes de fiscalité de compte et de fiscalité intérieure, pour permettre à cette unité de pouvoir fonctionner », explique le ministre.

 Les plaques made in Burkina, fabriquées par Faso Energy,  se particularisent à travers la garantie de 25 ans que l’entreprise offre à ses clients.

«  On veut produire local à travers un certain niveau d’exigence internationale. Ce qui nous permettra de remporter tout le challenge », explique le directeur général de Faso Energy, Jeremy Zmuda.

Après l’unité de fabrication de plaque solaire à Kossodo, le ministre s’est rendu à Komsilga à Propharm, une unité de fabrication de médicaments, dont les premières gélules sortiront à la fin du mois d’août.

“Actuellement nous sommes à un niveau d’investissement autour de 4 milliards de F CFA qui consiste en la première phase, l’Etat va nous accompagner sur une période de 5 ans, à hauteur de 7 milliards de F CFA. On peut avoir les premiers médicaments ici autour de fin août. Mais il faut comprendre que nous ne pouvons pas les mettre immédiatement sur le marché, il faut bien faire un certain nombre de validations et avoir les autorisations du  ministre sur le marché pour pouvoir les commercialiser », explique, le pharmacien Armel Coefé, directeur général de l’unité.

Harouna Kaboré explique que l’implantation de cette unité est un choix de développer définitivement une industrie pharmaceutique engagée par les industriels privés, lesquels bénéficient d’accompagnement du gouvernement à travers le code des investissements.

 Saly OUATTARA

Burkina24

                                                                 



Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. Un étape courageux et imperatif pour l’industrie solaire burkinabè. Le Burkina est un Pays ensoleillé dont l’irradiation solaire est optimale et favorable pour la production d’énergie solaire. Les systèmes solaires du privé, public ou même pour les domiciles sont les stackolder de cette usine.
    La production autonome d’énergie étant possible au Burkina, alors beaucoup d’opprotinités d’affaires sont desormais acquises. En bon entendeur Salut! Bravo et vive l’industrie burkinabè.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *