Lutte contre le terrorisme au Burkina : L’Assemblée nationale à l’écoute de la population de la région du Sahel

212 0
ECOUTER

Dans l’optique de s’imprégner des réalités sur le terrain, l’Assemblée nationale a entrepris une tournée dans les régions les plus touchées par le terrorisme. Du 17 au 18 juin 2020 à Dori, les élus nationaux vont s’enquérir des réalités de la région du Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

A l’instar de beaucoup d’autres zones au Burkina Faso, la région du Sahel est touchée par les attaques et les menaces terroristes. Dans le but de s’enquérir des efforts déjà fournis et les perspectives à entreprendre, l’Assemblée nationale a entrepris une tournée dans les régions les plus touchées par l’insécurité.

A Dori ce 17 juin 2020, le 3e vice-président de l’Assemblée nationale, Issaka Congo, a laissé entendre que les élus nationaux veulent manifester leur solidarité envers les personnes affectées.

Assemblée nationale à Dori

« Le parlement se sent doublement interpellé, d’abord par les douleurs ressenties par ce peuple, ensuite et surtout par son devoir, celui de jouer sa partition dans la capacité nationale de nos forces de défense et de sécurité et de nos institutions à vaincre le terrorisme et ses effets néfastes », a-t-il confié.

Durant deux jours la question de la sécurité, les élections, la gestion des personnes déplacées intersne, les volontaires pour la patrie seront débattues entre les élus nationaux et locaux.

Ainsi, tour à tour, les autorités locales ont égrainé les difficultés de leur localité. Il ressort des échanges, entre autres, que certains maires ne peuvent plus rejoindre leur commune. Conséquence, une absence d’autorité publique est constatée dans certaines zones dans la région du Sahel.

La situation sécuritaire chez nous ça s’améliore

Aziz Diallo, député maire de Dori a salué l’initiative. Pour lui, chaque autorité parle de la réalité de sa localité.

« C’est bien de donner un cadre d’expression formel. Les problèmes se répètent d’une commune à l’autre, d’une province à l’autre. A travers ces échanges tout le monde sort gagnant. Il faut multiplier ce cadre de dialogue pour qu’ensemble nous appréciions les efforts qui ont été faits et que nous donnons ce qu’on pense pour ce qui peut être fait  », a-t-il souligné.

A l’écouter, ces échanges vont permettre d’améliorer le dialogue et de mettre les uns et les autres face à leur responsabilité.

« Tout le monde a des responsabilités. On ne peut pas dire que c’est la faute du gouvernement  ou des FDS, tout le monde est fautif, tout le monde est coupable et tout le monde fait partie de la solution », a précisé le maire de Dori.

Boureima Werem
Boureima Werem, maire de la commune d’Arbinda

Concernant la commune d’Arbinda dans la région du Sahel, le maire, Boureima Werem, a affirmé que la situation sécuritaire s’améliore.

« Si on prend l’ensemble de la région, la sécurité est toujours menacée. On peut dire que ça va mais en réalité ça ne vas pas. Si quelque part il y a la quiétude, n’ignorez pas que dans une des 4 provinces qui composent la région du Sahel il y a des problèmes. La situation sécuritaire chez nous, ça s’améliore. Avant on ne pouvait pas faire une semaine sans attaque et un mois sans attaque. Mais il y a trois ou quatre mois on a n’as pas reçu d’attaque. Mais néanmoins, nous sommes sur nos gardes parce que tout simplement nous avons des informations que les terroristes rodent autour du chef-lieu de la commune. On ne peut pas dire que nous avons la sécurité comme on l’attend mais ça s’améliore », a-t-il relaté.

Lire également 👉Lutte contre le terrorisme : « Le Burkina Faso ne doit pas attendre la fin du COVID-19 »

Pour lui, l’apport des volontaires de défense pour la patrie est indispensable dans la lutte contre le terrorisme.

Par ailleurs, la région du Sahel regorge un nombre important de personnes déplacées internes. Le gouverneur du Sahel, Salfo Kaboré, a indiqué qu’à la date du 7 juin 2020, sa région abritait 310 066 personnes déplacées internes, soit 33,65% de l’effectif national.

Jules César KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre