Gestion des frontières : Le Burkina examine sa stratégie nationale

459 0

Le ministère en charge de l’administration territoriale a tenu sa première session de 2020 du Conseil des frontières. Cette rencontre avait pour objectif de faire le bilan des activités de l’année écoulée et des perspectives à venir. C’était ce vendredi 19 juin 2020 à Ouagadougou.

Le Burkina Faso partage une frontière d’environ 3 615 Km avec 6 pays. Il s’agit de la Côte d’Ivoire, du Bénin, du Ghana, du Mali, du Niger et du Togo. A noter que les frontières de nos jours sont en proie à plusieurs maux tels que le terrorisme, la criminalité transfrontalière et les trafics de tout genre. 

Lire également👉 Burkina : Conclave à Ouaga sur la gestion des frontières

« Le Burkina Faso est confronté à un délicat challenge. Celui de concilier la sauvegarde de sa souveraineté avec la nécessité de faire de ses zones frontalières de véritables espaces de développement et d’intégration sous régionale », a rappelé le ministre en charge de l’administration territoriale, Siméon Sawadogo.

Ainsi, dans l’optique de contribuer à l’impulsion du développement dans les espaces frontaliers, le gouvernement a adopté des référentiels. Il s’agit, entre autres, de la stratégie nationale de gestion des frontières qui couvre la période 2016-2025.

Ce vendredi 19 juin 2020, le Secrétariat Permanent de la commission nationale des frontières a présenté le bilan de la mise en œuvre des orientations et recommandations formulées lors de la dernière session. Il ressort que lors des sessions antérieures des difficultés avaient été soulevées.

Koualou, une « zone neutre »

« Il s’avère donc impérieux que le Conseil des frontières ,dont le rôle est d’assurer l’orientation, la coordination et le suivi en matière de gestion des frontières, évalue la mise en œuvre de la phase pilote dont dépendent les autres phases, afin d’édicter les directives appropriées pour l’atteinte des objectifs visés », a souligné le ministre en charge de l’administration territoriale.

Par ailleurs, il a fait cas de la situation de la frontière entre le Burkina Faso et le Bénin. Koualou est une zone comprise entre les deux pays. Le ministre en charge de l’administration territoriale a confié que les deux contrées ont décidé de faire de cette partie une « zone neutre ».  « Les deux pays ne peuvent pas poser des actes de souveraineté sur cette zone », a-t-il affirmé.

Cependant, il a relevé que les deux Etats se sont accordés pour porter cette affaire au niveau de la justice internationale.

Willy SAGBE (Stagiaire)

Burkina 24    

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *