Burkina : Le HCRUN annonce la relance de ses activités

Le Haut Conseil pour la Réconciliation et l’Unité Nationale (HCRUN) a annoncé ce lundi 22 juin 2020, à Ouagadougou, la relance de ses activités stoppées depuis un certain temps pour cause de coronavirus. La structure a également dévoilé son programme d’activités.

Le Haut Conseil pour la Réconciliation et l’Unité  Nationale (HCRUN) a partagé le programme de ses activités ce lundi à la presse, après le silence imposé par le COVID-19. Le président du HCRUN, Léandre Bassolé, explique que la mission de sa structure peut avoir disparu des esprits et de nombreux se posent des questions sur ses actions. 

« Nous avons continué à travailler et nous avons conçu un programme qui va se dérouler dans les jours et semaines à venir et ce programme consiste à un certain nombre d’activités où nous irons à tous ceux qui peuvent contribuer de manière inclusive à la bonne conduite et donner des chances au succès de notre mission», a-t-il affirmé.

Ces activités vont se dérouler en deux phases, selon le président du HCRUN. La première phase consiste à effectuer des visites de travail et d’échanges avec toutes les entités de la société. Il s’agit des partis politiques, des organisations de la société civile, des syndicats, la jeunesse, les paysans, les coutumiers et religieux.

« Nous voulons aller encore leur dire notre mission. (…) Nous voulons toujours être sûrs que cette mission est bien comprise de nos populations parce qu’avant tout, c’est à elles qu’elle s’adresse. Si elle est bien comprise, elles vont se l’approprier et nous pouvons être sûrs ainsi que l’accompagnement va nous permettre à tous d’atteindre l’objectif principal qui reste la réconciliation, l’unité nationale, la cohésion sociale», a-t-il déclaré.

Réparations pas forcément pécuniaires

Selon lui, la leçon première tirée de leur sortie,  c’est que   la vision de la  grande partie des populations est  que l’institution est  là pour  traiter des dossiers et permettre à des réparations d’avoir lieu. Pour lui, le but ultime, c’est d’aboutir à la réconciliation. «(…) Les réparations sont perçues comme étant des réparations pécuniaires. La réparation n’est pas forcément une réparation pécuniaire. La réparation peut être morale, physique … », a-t-il ajouté.

La deuxième phase consiste à organiser un séminaire sur la base des analyses faites sur le terrain. Toutes les entités visitées vont participer afin de faire des propositions qui conduisent à la réconciliation nationale.

Le HCRUN a réalisé plusieurs activités dont  le traitement des dossiers des femmes du marché de « Leguemalogo » et des policiers et militaires radiés suite aux manifestations de 2011. Des affaires de crimes de sang et de crimes économiques sont également prévues dans les futures actions de la structure. 

Les visites et échanges commencent le mardi 23 juin 2020 avec  le Chef de file de l’opposition politique. A écouter Léandre Bassolé, le même message sera adressé à toutes les entités. « Tout ce qu’on attend c’est que chacun comprenne bien et s’approprie le message du HCRUN,  et le message il est simple. Nous disons que nous voulons simplement  faire en sorte de permettre aux Burkinabè d’aller à leur réconciliation tous ensemble, chacun  en mesurant l’importance et la nécessité (…)», a-t-il conclu.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page