Ouagadougou: L’opposition municipale dénonce un abus de confiance de la part du maire Béouindé

61 0
ECOUTER

L’opposition municipale de Ouagadougou a demandé la démission du maire Armand Béouindé ce jeudi 25 juin 2020, au cours d’une conférence de presse. L’affaire des 77 véhicules et la session du 22 juin  2020 ont été les principaux sujets abordés.

Les conseillers de l’opposition municipale ont affirmé leur mécontentement dans la gestion de la commune de Ouagadougou par le maire Armand Béouindé. En effet, sur l’affaire des 77 véhicules, l’opposition municipale a laissé entendre que le maire a abusé de leur confiance.

“Nous avons une part de responsabilité”

La délibération portant sur l’approbation de l’acquisition de véhicules par crédit-bail a été discutée au cours d’une session pendant laquelle les conseillers de l’opposition avaient fait des propositions et avaient approuvé à condition que leurs observations soient prises en compte, mais le maire n’a pas porté les amendements de la session avant la conclusion du contrat.

Toute chose que Alban Zoungrana, président du groupe municipale UPC, trouve  qu’il y’ a « abus de confiance dans cette affaire et faux et usage de faux ».

« Les 12 maires d’arrondissements, sans distinction de bords politiques, avaient tous retourné les véhicules à eux, donnés par la commune. Et parmi eux, figurent les maires du MPP », a affirmé Alban Zoungrana, assurant qu’ils se constitueront plaignants dans les jours à venir.

Nathanaël Ouédraogo, 3e adjoint au maire de Ouagadougou,  affirme que les conseillers municipaux de l’opposition de Ouagadougou n’ont plus confiance au maire

« L’opposition municipale va déposer plainte pour se constituer dans cette affaire (…) parce que nous avons une part de responsabilité. Cette part,  c’est d’avoir voté pour qu’on puisse acheter des véhicules (…). Nous n’en faisons pas un problème de querelles de personnes. Nous demandons à la justice d’instruire à charge et à décharge. Si M. Béouindé est déclaré non coupable, c’est avec plaisir que nous continuerons à travailler avec lui. Si la justice aussi le déclare coupable, il faut qu’il aille répondre de ces faits », a rassuré Nathanaël Ouédraogo, 3e adjoint au maire de Ouagadougou.

La session du 22 juin 2020

Les conseillers de l’opposition ont boycotté ladite session parce que le maire leur avait refusé de donner un préalable à la poursuite sereine des travaux. Alban Zoungrana a soutenu que  la session « n’avait pour but que de faire passer la pilule des 77 véhicules ».

« Malgré un manque de quorum nécessaire pour valider les points inscrits à l’ordre du jour, M. Béouindé a insisté pour continuer la session, et nous avons saisi un huissier de justice pour faire le constat afin de pouvoir saisir la justice », a annoncé M. Zoungrana.

A en croire Nathanaël Ouédraogo, les conseillers municipaux de l’opposition de la ville de Ouagadougou  n’ont plus confiance au maire Béouindé.

S’appuyant sur ces éléments, l’opposition municipale a demandé la démission du maire. « A l’instar du CFOP, l’opposition municipale exige la démission du maire de Ouagadougou. Nous demandons en outre l’annulation de la session par le Haut-commissaire du Kadiogo », a lancé le président du Groupe Municipal UPC

Par ailleurs, l’opposition municipale a invité  le  Ministère de l’Administration Territoriale et de la décentralisation, ministère de tutelle à suspendre le maire Armand Béouindé s’il refuse de démissionner, ce, en application de l’article 272 du code général des collectivités locales.

Cet article stipule que le maire ou un adjoint au maire peut faire l’objet de suspension ou de révocation en cas de faute grave. Ces fautes sont, entre autres, le détournement de biens/ et ou de deniers publics, la concussion et /ou corruption et de faux en écriture publique et usage de faux.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre