Burkina Faso : Un réseau de délinquants démantelé par la Police Judiciaire

102 0
ECOUTER

Le Service Régional de la Police Judiciaire du Centre a mis la main sur un réseau de délinquants spécialisés dans le vol à main armée, meurtres et grand banditisme. La présentation des présumés bandits et les objets saisis a eu lieu ce lundi 29 juin 2020.

Face à la presse ce lundi 29 juin 2020, la police judiciaire a présenté un réseau de délinquants spécialisés dans le vol à main armée, meurtres et grand banditisme.

Au nombre de six, ces délinquants opéraient à travers plusieurs quartiers de la capitale burkinabè et dans d’autres localités du pays. Il s’agit, entre autres, des quartiers Tampouy, Karpala et Nagrin. Ils avaient en leur possession selon la police d’une arme de guerre Kalachnikov AK 47 et d’un pistolet automatique.

Des six délinquants qui composent le réseau, la police judiciaire a indiqué que quatre ont été arrêtés après les investigations. Ils ont un âge compris entre 28 et 33 ans.

« Les minutieuses investigations entreprises par les enquêteurs avec la collaboration de la population ont permis le démantèlement d’un groupe d’individus dans plusieurs quartiers de la ville de Ouagadougou, notamment Tampouy, Karpala, Nagrin, Dassasgo et Bissighin », a précisé Sayibou Galbané, commissaire principal.

Le commissaire Galbané (au centre) entouré de ses hommes lors du point de presse

Le commissaire Galbané, a fait savoir qu’en prélude de leurs opérations, les bandits procèdent au repérage des endroits à attaquer en tenant également compte des risques et possibilités de gain. Il a ajouté qu’ils opèrent souvent à deux, voire à trois, et tous armés. « Cela fut l’exemple de l’attaque du maquis Tassaba Gang », a-t-il affirmé.

Il a relevé que les bandits évoluent à moto sans plaque d’immatriculation. Il convient d’indiquer, dit-il, que le réseau opère entre 19h et 23h. Ils peuvent mener près de trois braquages dans une nuit. Toujours selon les dires du commissaire, les délinquants dépouillent systématiquement leurs victimes de leurs biens, puis ils se retirent des lieux en faisant des tirs à blanc.

Aussi, ce groupe est suspecté être à la base du meurtre d’une serveuse de nationalité togolaise du nom d’Aicha au maquis « Selfy » au mois de janvier 2020. La police a souligné qu’en deux ans d’opération, ce réseau a commis plus de quarante braquages à travers la ville de Ouagadougou. Et le cumul du préjudice causé par les bandits s’élève à près de 10 millions de francs CFA. A ceci s’ajoute une trentaine de téléphones portables, deux motos, un ordinateur, un disque dur et des clefs USB.

Les objets saisis par la police au cours des investigations sont, entres, autres, un Kalachnikov, quatre chargeurs de Kalachnikov avec 45 cartouches, un pistolet automatique, deux chargeurs et six cartouches. 

Burkina 24  

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre