Covid-19 au Burkina Faso : 400 millions de FCFA pour la presse

22 0
ECOUTER

Les membres du Collectif des organes de presse privée ont interpellé le ministre de la communication Remis Dandjinou sur la non application des mesures d’urgence  annoncées par le chef d’Etat au début de la pandémie du Covid-19 à leur endroit. Une réunion a eu lieu ce lundi 29 juin 2020 entre les membres du collectif des organes de presse privé, et le ministre de la communication pour mieux comprendre cette situation.

Le Président Roch Kaboré a annoncé des mesures de soutien en faveur de plusieurs secteurs, dont la presse. Jusqu’à présent, bon nombre de d’organes de presse n’ont toujours pas bénéficié de cette subvention.

A la réunion de ce matin qui a duré deux heures, le ministre a expliqué aux membres du collectif qu’il ira vers les faîtières (associations des patrons de presse), parce, que dit-il, « l’arrêté qui assure la répartition de la subvention  a été pris par les faîtières qui sont reconnues actuellement ».

Les membres du collectif ont indiqué au Ministre Dandjinou, que les associations des patrons de presse ne sont pas assez représentatives, puisqu’ils n’en font pas partie. Et donc souhaitent voir dans quelle mesure leurs préoccupations peuvent être prises en compte.

Le porte-parole du gouvernement a souligné que leur objectif n’est pas de faire dans l’exclusion. « Nous souhaitons que les patrons de presse qui ne sont pas à l’intérieur s’organisent pour être également représentatifs et prendre part à la discussion », a-t-il dit.

 « La subvention c’est quatre cent millions (400.000.000) de FCFA. Elle doit être répartie par les faîtières (associations des patrons de presse) sous l’administration du ministère des finances et du ministère de la communication, à l’ensemble des patrons des entreprises de presse qui répondent à des critères que les patrons de presse ont eux-mémes définis (…) », a annoncé Rémis Dandjinou.

Au sortir de la rencontre, le président du collectif Souleymane Traoré, directeur du journal Le Quotidien, a souligné qu’avec les négociations de ce matin, ils ont pu trouver un canal permettant à tous les médias de prétendre à la subvention. « Et je pense que si tout le monde dépose, même si les parts ne sont pas égalitaires, au moins chaque organe aura quelque chose (…). On sera totalement satisfait quand tous les organes de presse bénéficieront de la subvention », a-t-il indiqué.

Irmine KINDA

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre