Burkina Faso : “Toute personne arrêtée doit être traitée avec humanité et dignité”

124 0
ECOUTER

Ceci est un communiqué du Comité international de la Croix-Rouge sur la situation humanitaire au Burkina Faso.

Depuis plusieurs mois, le Comité international de la Croix-Rouge est alarmé par une érosion du respect du Droit international humanitaire (DIH) au Burkina Faso. La détérioration de la situation humanitaire résulte d’un conflit armé dont la population civile paie un très lourd tribut. Le CICR appelle toutes les parties et acteurs de violence à faire preuve de retenue, notamment auprès des personnes qu’ils capturent.

« Nous nous adressons en particulier aux forces de défense et de sécurité, aux groupes armés quels qu’ils soient, aux volontaires engagés dans le conflit. Tous doivent respecter la vie et la dignité humaine, en tout temps et sans distinction », souligne Laurent Saugy, Chef de la délégation du CICR au Burkina Faso. « Ces règles s’appliquent y compris lors d’arrestations et lorsqu’une personne est sous le contrôle d’une quelconque entité, où que ce soit. Le pouvoir des armes ne donne pas un droit illimité sur les personnes, au contraire : il donne de la responsabilité. » 

Le respect de la dignité se traduit aussi à l’égard des personnes décédées, auxquelles les familles doivent pouvoir accéder en toute sécurité pour leur offrir une inhumation décente.

Présent depuis 2006 au Burkina Faso, le CICR continue à renforcer sa présence auprès des populations les plus affectées, en leur fournissant une assistance en toute impartialité, conjointement avec la Croix-Rouge burkinabè. Il cherche aussi à maintenir et développer un dialogue humanitaire constructif avec toutes les parties prenantes.

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre