Elections 2020 : Ablassé Ouédraogo réagit à la demande d’audit de Zéphirin Diabré

211 0
ECOUTER

Ceci est une déclaration du président du parti Le Faso Autrement sur le processus électoral au Burkina Faso.

A moins de six mois des échéances électorales, le parti Le Faso Autrement estime que la crédibilité du fichier électoral et le besoin urgent de sécuriser tous les Burkinabè sont des préalables pour la tenue d’élections apaisées, transparentes et inclusives.

Dans le même ordre d’idée, le Président de l’UPC et Chef de File de l’Opposition Politique, Monsieur Zéphirin DIABRE, a affirmé le 30 juin 2020 à Saaba : « Il n’y aura pas d’élections, s’il n’y a pas d’audit international du fichier électoral ». Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une évaluation contradictoire du fichier électoral en cours de confection.

Le constat est que le CFOP, qui jusque-là avait affiché son soutien à la tenue coûte que coûte des élections le 22 novembre 2020, fait subitement volte-face et soulève un préalable de taille à lever avant la tenue de l’élection du Président du Faso et des élections législatives.

Le parti, Le Faso Autrement, soutient ce préalable d’audit contradictoire du fichier électoral. Le Faso Autrement demande donc que le fichier électoral soit audité après l’enrôlement biométrique et la révision du fichier électoral avant la tenue des élections du 22 novembre prochain.

Tout le monde sait que le contrôle du fichier électoral détermine les résultats de toute élection. Dans le souci de protéger la démocratie en protégeant le droit de suffrage, l’appel à une expertise contradictoire permet d’identifier correctement le corps électoral et une meilleure protection de son expression.  Toute chose étant égale par ailleurs, cette démarche permettra d’éviter les contestations qui sont sources d’instabilité.

En effet, l’actualité autour des suspicions de fraude à l’enrôlement soulevées à travers plusieurs localités du pays, qui, faut-il le souligner avec force, vient exacerber la crise de confiance entre les acteurs. Cette situation, qui augmente les risques d’un conflit post-électoral, interpelle à suffisance sur la nécessité de poser les bases d’élections apaisées. Il y va de l’intérêt de tout le peuple burkinabè.

Le réveil du CFOP, à travers sa prise de position suscitée, est à saluer, d’autant plus qu’il rejoint l’appréciation de la situation que nous avons exprimée à plusieurs occasions, à savoir que pour préparer des élections apaisées et ainsi garantir une situation post-électorale de paix et de stabilité, la nécessité d’ouvrir un dialogue national inclusif, sincère et ouvert, devant conduire à la réconciliation nationale, s’imposait comme le préalable incontournable dans le processus.

Aussi, il faudrait souligner que la préparation d’élections apaisées nécessite l’inclusion et la participation de tous les Burkinabè, y compris ceux parmi nous qui sont déplacés internes et ceux qui subissent directement les conséquences désastreuses des violences liées au terrorisme.

De ce fait et en toute logique, avant d’arriver aux élections du 22 novembre 2020, il est impératif de sécuriser la vie de tous les Burkinabè et crédibiliser le processus électoral à travers le contrôle du fichier électoral. 

Cela se fera par la construction de l’unité nationale et le rassemblement de tous autour du Burkina Faso : C’est cela la réconciliation nationale. Celle-ci est indispensable si l’on veut aussi que le Burkina Faso sorte gagnant sur tous les plans.

Dans ce contexte, le Chef de File de l’Opposition Politique fera œuvre utile en rassemblant toute l’Opposition, au-delà du Cadre de concertation du CFOP, pour la sauvegarde du Burkina Faso.

C’est d’ailleurs, rassemblée et unie, que l’Opposition peut remporter les prochaines élections et instaurer le vrai changement réclamé par le peuple burkinabè dans sa quête d’un meilleur vivre ensemble.

Que Dieu protège le Burkina Faso !

                                                                 

  Dr Ablassé OUEDRAOGO

Commandeur de l’Ordre National

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Il y a 1 commentaire

  1. Merci au cfob et au Faso autrement,qui se sont exprimés à travers leurs premiers représentants,sur les réformes à apporter sur le richie électoral,afin de lui assurée une crédibilité aux résultats de Novembre prochain.Certe,il faut s’assurer de la fiabilité de son propre fichier électoral, mais en se avant sur une expertise nationale,plutôt que de vouloir coûte que coûte remettre la certification de cet outil Dan’s des mains externes. Je lance un appel à tous les acteurs politique afin,qu’ils ne se regardent pas avec des yeux de faïence. Déjà la configuration de l’organe électoral contient des apports Tout azimut de coloration politique de société civile, de réligieux et coutumiers. Tous ne peuvent pas être impropres.Faisons confiance à vos propres acteurs.l’expertise extérieure ne fera que gonfler le buget de la ceni,mais pas enforcement crédibiliser led élections. Souvenez-vous que de par le passé les efforts patient consentis pour la présence d’observateurs internationaux,mais n’a jamais permis d’avoir l’unanimité sur les résultats.Tantot,il est réclammé de compter sur sois même( franc cfa,armement,sécurisation….),que comprendre alors que l’on veuille encore tendre la main vers ceux là que nous avons longtemps considérés comme nos boureaux. Sachons compter sur sois même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre