Burkina Faso : Une coalition d’organisations plaide en faveur de l’emploi des jeunes ruraux

86 0
ECOUTER

L’ONG SOS Faim, en collaboration avec la Confédération Paysanne du Faso (CPF), a organisé ce jeudi 9 juillet 2020 à Ouagadougou, une rencontre de mise en place d’une Coalition pour le plaidoyer en faveur de l’emploi des jeunes ruraux.

Une quarantaine d’OSC prennent part à la rencontre de ce jeudi 9 juillet 2020 ; dont le projet vise à la mise en place d’une coalition « forte » d’Organisations de la société civile/Organisations paysannes agricoles (OSC/OPA) pour le plaidoyer en faveur de l’emploi des jeunes ruraux. La rencontre devra aboutir à la signature d’une charte et à la définition de perspectives captivantes.

« Pour faire de l’agriculture un secteur porteur de développement et pourvoyeur d’emplois pour les jeunes, il est indispensable de repenser la politique d’emploi des jeunes ruraux. Aussi, faut-il noter que les Organisations paysannes agricoles (OPA) ont un rôle important dans la stimulation des politiques à travers des actions de plaidoyer en réseau et en alliance avec les autres Organisations de la société civile (OSC) », a indiqué Alimata Sawadogo, Représentante pays de l’ONG SOS Faim au Burkina Faso.

C’est dans cette logique, a-t-elle poursuivi, que SOS Faim qui intervient au Burkina Faso depuis 1983 et la Confédération Paysanne du Faso ont initié le projet « Plaidoyer, Politique Publique et Employabilité des Jeunes Ruraux ». Ce projet financé par WALLONNIE BRUXELLES INTERNATIONAL vise, à travers la sensibilisation et le plaidoyer, à convaincre les autorités nationales d’élaborer de façon inclusive et cohérente une politique nationale de promotion de l’emploi des jeunes hommes et femmes ruraux dans les métiers agro-sylvo-pastoraux, halieutiques et fauniques (ASPHF).

Les jeunes ruraux sont particulièrement exclus du marché du travail…

« Les jeunes ruraux seront sensibilisés sur la mise en place de la nouvelle coalition. Sont concernés notamment les jeunes producteurs, les jeunes agriculteurs, les jeunes éleveurs, les jeunes embaucheurs. Parce que nous sommes obligés d’avoir un relais », a expliqué Boureima Diallo, Vice-Président de la Confédération Paysanne du Faso.

En rappel, selon des estimations, la population burkinabè est évaluée à près de 22 millions d’habitants en 2020. Cette population est caractérisée par son extrême jeunesse : 47% de la population étant âgée de moins de 15 ans, 67% de moins de 25 ans. 

Outre son extrême jeunesse, la population est majoritairement rurale (77%) et vit essentiellement d’activités agro-sylvo-pastorales (86%). Par ailleurs, alors que les jeunes, en général, accèdent difficilement au marché de l’emploi, les jeunes ruraux particulièrement tendent à être exclus du marché du travail. Les jeunes diplômés et urbains, étant généralement privilégiés au détriment des jeunes ruraux. C’est cet état des faits qui motive les différents acteurs à travailler afin de renverser la tendance. 

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre