Burkina Faso : Une coalition veut des jeunes aux commandes du pays

116 0
ECOUTER

La coalition convergence jeune a procédé au lancement  du contenu du projet de pacte de gouvernance intergénérationnel ce jeudi 9 juillet 2020. Ce pacte a pour objet de faire respecter le quota de jeunes dans les sphères de décision au Burkina Faso.

Cette coalition a pour but de s’engager dans une action de développement qui va consister à conjuguer leurs efforts pour une prise en compte effective des jeunes dans la sphère de gouvernance au  Burkina Faso.

Pour le porte-parole de la coalition « Convergence Jeune » Cheick Faycal Traoré, c’est suite à un constat de la non présence des jeunes sur la scène politique qu’est née cette idée. « 0% au gouvernement et au parlement, environ 24% dans les institutions publiques et 15% dans les collectivités, autour de 11% dans les partis politiques», a-t-il confié. Il a indiqué  « qu’une vingtaine d’organisations de jeunes ainsi que de jeunes leaders politiques, ont décidé de mettre en place une coalition dénommée Convergence Jeune ».

Pour venir à bout de cette insuffisance dans la sphère politique, la solution est tout trouvée. « La coalition est porteuse de propositions dont le pacte de gouvernance intergénérationnelle », a-t-il dit.

Ce pacte stipule principalement 3 points dont « le positionnement des jeunes dans le trio de tête des listes de candidatures des partis politiques lors des élections législatives et municipales à venir ; la nomination d’au moins 30% de jeunes aux postes nominatifs au gouvernement dans l’administration publique et collectivité locale ; l’observation d’un moratoire sur l’âge de la jeunesse en respectant un prorata de 15% pour les jeunes et 18-35 ans et 15% de 35-45 ».

Par ailleurs, Cheick Faycal Traoré a affirmé que « ce pacte fera l’objet d’une campagne de plaidoyer auprès de l’ensemble des acteurs ».

Le porte-parole de la coalition a rassuré sur le bien fondé de ce pacte au vu de la pertinence des enjeux. « Ce n’est pas un combat que nous menons contre qui que ce soit. C’est tout simplement une action de développement que nous portons pour qu’enfin notre pays sorte du sous-développement dans lequel il vit depuis de nombreuses années », a-t-il conclu.

Corine GUISSOU (stagiaire)

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Il y a 1 commentaire

  1. C’est bien de vouloir être responsabilisé à partir de 18 ans, mais sur quels critères hormis le fait qu’on est jeune ?
    Sans nier l’importance du genre dans la gestion de la cité, j’estime que le vrai problème à régler dans ce pays c’est celle de la mal gouvernance et non celle de la représentativité inter-générationnelle dans les institutions de la République !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre