Burkina Faso : Oxfam renforce la gouvernance participative dans trois communes

95 0
ECOUTER

A Dédougou, dans la Région de la Boucle du Mouhoun, Oxfam et ses partenaires, le Centre d’études et de recherche appliquée en finances publiques (CERA/FP), l’Organisation pour le renforcement des capacités de développement (ORCADE), et le Réseau citoyen pour la bonne gouvernance (RECIBOG) ont procédé au lancement, le jeudi 9 juillet 2020, du projet le projet ‘’Pour un programme de renforcement de la participation citoyenne et la redevabilité dans la gestion des finances publiques’’.

Oxfam considère la gouvernance et la participation citoyenne dans les processus d’élaboration, de mise en œuvre, de suivi et d’évaluation des politiques publiques de développement, comme des piliers clefs pour atteindre les changements voulus en termes d’amélioration des conditions de vie des populations et pour la réduction des inégalités.

Pour atteindre ces objectifs, le projet ‘’Pour un programme de renforcement de la participation citoyenne et la redevabilité dans la gestion des finances publiques’’ a débuté dans trois communes du Burkina Faso. Il s’agit de Houndé (Région des Hauts-Bassins), Soaw (Région du Centre-Ouest) et de Dédougou (Région de la Boucle du Mouhoun). Le jeudi 9 juillet 2020, les organisations impliquées dans la mise en œuvre du projet ont procédé au lancement dudit projet et dressé le bilan, après 15 mois de mise en oeuvre.  

Une cinquantaine de personnes venant des trois communes ont participé à la rencontre – Ph. B24

Rappelons que le projet a pour objectif général de contribuer au renforcement de la participation des femmes, hommes et jeunes, et des Organisations de la société civile (OSC) dans la gestion des finances publiques, y compris la gestion des recettes minières notamment le Fonds minier pour le développement local (FMDL). Et ce, pour une meilleure prise en compte des besoins prioritaires en éducation, santé, eau potable et assainissement au profit des communautés des zones d’interventions.

Le projet est financé par la Fondation Hewlett à hauteur de 378.959.738 F CFA. A mi-chemin de mise en œuvre, le bilan des activités des trois zones d’intervention a été dressé. Pour les activités relatives à l’opérationnalisation du FMDL, 24 membres d’OSC dont 15 femmes et 9 hommes ont été formés en technique de plaidoyer. Des documents de stratégie de plaidoyer et des plans de communications ont ainsi été élaborés par les bénéficiaires.

Pour les activités liées au renforcement de l’expertise locale sur les analyses et le suivi budgétaire, entre autres, 60 personnes dont 48 hommes et 12 femmes ont été outillés sur les techniques d’élaboration du budget participatif, deux communes (Houndé et Soaw) ont eu un accompagnement pour la réalisation de deux journées de redevabilité, et un travail de simplification d’un guide référentiel pour le contrôle de l’action des collectivités a été fait suivi d’un traduction en langues locales (mooré, dioula et bwaba).

« Même les entrepreneurs qui arrivent savent que les populations sont regardantes »

Dans la mise en œuvre du projet, les Techniques de l’information et de la communication (TIC) n’ont pas été occultées. Des activités ont été menées dans ce sens pour développer une approche communautaire de participation citoyenne dans la gestion des affaires publiques et de demande de transparence et de redevabilité budgétaire. Du bilan, dans chacune des communes, deux rencontres semestrielles des Comités de veille citoyenne (CVC) ont été tenues, trois pages Facebook ont été créées par les CVC de Houndé, Dédougou et de Soaw.

Par ailleurs, une plateforme de veille citoyenne est en construction (www.oxfamauburkinafaso.org). « Collectivimètre », nom de la plateforme a pour mission de favoriser la participation citoyenne dans les processus d’élaboration des plans de développement des communes concernées par le projet. Les citoyens pourront y poser des questions et noter les responsables communaux. La plateforme sera accessible en ligne et hors ligne, selon les responsables d’Oxfam.

Le projet a été bénéfique, en témoigne Germain Nana, président du Comité de veille citoyenne (CVC) de la commune de Soaw. « Dans notre commune, dit-il, il y a des avancées positives. Sur le suivi des actions de réalisations au niveau de la commune, même les entrepreneurs qui arrivent savent que les populations sont regardantes. Au sein même de la population, nous sentons que la mayonnaise est en train de prendre, elle participe  énormément à la prise de décision. Au niveau de la communication, il n’y a pas de problèmes entre les autorités communales et le CVC ».

Vidéo – Papa Sosthène Konaté, Directeur pays d’Oxfam au Burkina Faso explique le bien-fondé du projet

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre