Menaces contre la presse : Les organisations professionnelles des médias sont inquiètes et tirent la sonnette d’alarme

92 0
ECOUTER

Ceci est une déclaration des organisations professionnelles des médias sur la situation de la presse.

L’actualité ces derniers temps est marquée au Burkina Faso par des affaires judiciaires engageant plusieurs hautes personnalités. Parmi elles, le maire de la capitale, Armand Beouindé.  En effet, dans ses parutions du 10 et du 25 février 2020, le journal Courrier Confidentiel révélait l’acquisition de 77 véhicules en crédit-bail pour un montant de 4, 6 milliards de franc CFA par l’entremise de la Société Fidelis Finances Burkina au profit de la mairie de Ouagadougou.

La société Fidelis Finances Burkina fournisseuse des véhicules et la société Raynal Assurances IARD chargée d’assurer lesdits véhicules sont des entreprises dans lesquelles le maire et ses proches ont des intérêts.

Le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Ouagadougou s’est  saisi de cette affaire à l’effet d’investiguer sur un éventuel conflit d’intérêt ainsi que sur des soupçons de surfacturation.

Alors que cette affaire tient déjà les Burkinabè en haleine, le journal L’Evènement révèle à son tour dans son édition du 10 juin 2020, que des magistrats demandaient la somme de 70 000 000 (soixante-dix millions) de franc FCFA pour aider le maire à étouffer définitivement l’affaire des 77 véhicules. A la suite de cette révélation du journal, le procureur du Faso Arouna Yoda s’est saisi de cette nouvelle dénonciation et ses investigations ont conduit à l’interpellation le 14 juin, du magistrat Narcisse Sawadogo et d’un affairiste du nom de Alassane Baguian tous deux cités dans le journal comme étant les instigateurs de cette affaire qui recevra la qualification de tentative d’escroquerie.

Puis, comme pour corroborer les informations publiées par le journal, des enregistrements de conversations attribuées au maire de Ouagadougou, au substitut du procureur général Narcisse Sawadogo et au nommé Alassane Baguian, ont commencé à circuler sur les plateformes numériques à partir du 17 juin 2020.

Le procureur du Faso qui a animé une conférence de presse le jeudi 18 juin 2020 s’est prononcé sur les dits enregistrements. Le procureur Harouna Yoda a affirmé que ces enregistrements ont été effectués par le maire et que leurs contenus ont été reconnus par les auteurs présumés en l’occurrence le magistrat Narcisse Sawadogo et l’intermédiaire Alassane Baguian. Ces propos dans leur intégralité ont choqué l’opinion publique burkinabè par leur gravité. Chaque propos tenu dans ces conversations n’est ni plus ni moins qu’un déni total de l’Etat de droit.

En tout état de cause, les organisations professionnelles des médias, saluent le professionnalisme dont ont fait preuve le média et qui a du reste permis à la justice de se mettre en branle sur certaines affaires. Elles sont néanmoins très préoccupées par tout le contenu de ces conversations et voudraient attitrer l’attention de l’opinion et des pouvoirs publics sur les menaces graves qui y ont été proférées par les sieurs Alassane et Narcisse contre la presse.

En effet, dans leurs conversations avec le maire l’on entend clairement le sieur Alassane Baguian dire à propos des médias : « Nous même on est en train de travailler pour voir comment est-ce qu’on peut nuire à ce journal-là », et son acolyte, le juge Narcisse Sawadogo de renchérir : « Voilà, on en parlait même ce soir, j’ai des idées… ».

En soutenant qu’ils sont en train de travailler pour voir comment nuire à ce journal (il s’agit probablement de Courrier Confidentiel qui a révélé l’affaire des 77 véhicules), les deux présumés escrocs s’attaquent à n’en point douter à toute la presse burkinabè.

C’est pourquoi chaque journaliste, chaque burkinabè, chaque citoyen épris de justice et de liberté, les organisations de défense des droits humains et de la liberté devraient se sentir concernés par ses propos gravissimes. Il en a toujours été ainsi de tout temps : les fossoyeurs de la liberté de la presse ne doivent pas triompher ; c’est le prix à payer si nous voulons que la liberté de la presse soit une réalité dans notre pays.

C’est pourquoi, nous organisations professionnelles des médias,

  • Condamnons fermement ces menaces proférées contre la presse par les sieurs Narcisse Sawadogo et Alassane Baguian
  • Prenons à témoin l’opinion nationale et internationale, les organisations de défense des droits de l’Homme et de la presse en particulier sur ces menaces qui constituent d’une part une atteinte flagrante à la liberté de la presse et d’autre part un aveu quant au rôle que jouent certains acteurs dans l’ombre pour « nuire » à la presse,
  • Interpellons les autorités politiques et administratives sur leurs responsabilités quant à la sécurité des médias et des journalistes,
  • Appelons les autorités judiciaires à engager diligemment toute action utile relevant de leur pouvoir afin que ces menaces qui constituent une violence psychologique sur les journalistes ne restent pas impunies,
  • Encourageons les hommes et femmes de médias qui travaillent jour et nuit au prix de leur vie pour rendre possible une gouvernance vertueuse dans notre pays en dénonçant les corrompus, les détourneurs et les voleurs de la République.

D’ores et déjà les organisations professionnelles des médias saluent la bonne disposition d’esprit du procureur du Faso qui à l’occasion de la conférence de presse a félicité le travail d’investigation de la presse nationale et promis de s’intéresser à leurs révélations qui peuvent avoir un intérêt pour la justice.  Toutefois la « collaboration » souhaitée par le procureur ne pourra prospérer que si les journalistes travaillent dans un environnement sain, sans peur et en toute sécurité.

Fait à Ouagadougou le 07 juillet 2020

Ont signé

Pour l’Association des Editeurs et professionnels des médias en ligne

Cyrique Paré, Président ;

Pour l’Association des Journalistes du Burkina (AJB)

Guézouma Sanogo, Président ;

Pour l’Association des retraités de la communication et de l’Information (ARCI)

Jean Baptiste Ilboudo, Président

Pour le centre National de presse Norbert Zongo (CNP-NZ)

Siriki Dramé, Président ;

Pour Reporters du Faso

Charles Kiendrebéogo, Président ;

Pour la Société des Editeurs de la presse privée (SEP)

Boureima Ouedraogo, Président ;

Pour le Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC)

Aboubakar Sanfo, Secrétaire général adjoint

L’Union Burkinabè des éditeurs de services télévisuels (UBESTV)

Youssouf Saré, Président

Pour l’Union national de l’Audiovisuel libre du Faso (UNALFA)

Abissi Charlemagne Président ;

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre