Burkina : L’Institut de Formation en Technologies Solaires Appliquées sur le toit des débats énergétiques

509 0

Le problème de l’énergie est une réalité au Burkina. Afin d’apporter leur pierre à la construction du « pays des Hommes intègres », des jeunes étudiants ont initié depuis 2019, un concours dénommé « le débat énergétique ». Porté par l’association des étudiants en technologies solaires appliquées, ledit concours a connu son épilogue ce samedi 18 juillet 2020.

La pandémie du Covid-19 n’a épargné aucun domaine d’activité. Débutée en février 2020, la deuxième édition du « débat énergétique » a connu une suspension de plus de trois mois.  Avec l’amélioration de la situation sanitaire, les organisateurs ont continué le concours qui s’était arrêté à l’étape des quarts de finales.

Plusieurs objectifs sont dans le viseur de l’association des étudiants en technologies solaires appliquées. Il y a, entre autres, l’ambition d’ouvrir les portes du monde de la politique énergétique. Aussi, il y a la promotion des énergies renouvelables, l’encouragement des jeunes dans l’entreprenariat solaire et la formation des élèves ingénieurs sur les techniques de prise de parole.

Pour cette finale de la deuxième édition, les deux équipes en compétition étaient, l’Institut Supérieur de Génie Electrique (ISGE-BF) et l’Institut de Formation en Technologies Scolaires Appliquées (IFTSA). Chaque équipe est constituée de six orateurs (4 titulaires et 2 suppléants). Il faut noter que les organisateurs ont exigé la présence obligatoire d’au moins une femme dans chaque équipe.  Chaque équipe dispose d’environ 20 minutes pour développer son argumentaire.

« Il faut aligner le savoir-faire et le savoir être »

Le thème de cette édition est « Efficacité énergétique, axe stratégique pour atteindre et maintenir l’équilibre entre l’offre et la demande au Burkina Faso ». Au final, c’est l’Institut de Formation en Technologies Solaires Appliquées (IFTSA) qui est sortie victorieuse à l’issue de la deuxième édition.

Du côté des organisateurs, les objectifs ont été satisfaits en grande partie. « On ne peut pas dire que tous les objectifs sont atteints mais on a fait l’essentiel », a déclaré le président du comité d’organisation, Dimitri Kientéga.

Pour le parrain Isaac Zoroma, ce genre d’initiative est à encourager. Selon ses dires, « il faut aligner le savoir-faire et le savoir être ». La solution pour atteindre l’efficacité énergétique est donc de privilégier toutes les sources d’énergies car « toutes les énergies sont bonnes ». Par rapport au thème, Dimitri Kientéga a souligné que le choix se fait en tenant compte de l’actualité.

Les étudiants de l’IFTSA ont été très heureux du prix. Pour eux, il est le fruit d’un travail de longue haleine en dépit des difficultés. « Ça n’a pas été facile. Avec les cours, on avait des difficultés à se voir pour travailler. Mais on y est arrivé », a déclaré Diakouri Moumouni. Les membres du jury ont eux souligné un bon niveau en général. Cependant ils ont déploré l’absence d’arguments bien poussés.

Basile SAMA

Burkina 24

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *