Education : La 8e promotion de l’ENEP de Dori choisit le maire de Falagountou comme référence

211 0

« Soyez des enseignants exemplaires », c’est le maitre-mot qui a dominé les propos du parrain de la 8e promotion de l’Ecole nationale des enseignants du primaire (ENEP) de Dori, Saïdou Maïga. Le maire de la commune de Falagountou, a insisté auprès de ses filleuls, sur la nécessité d’être des références en matière de probité et de « patriotisme » dans l’exercice de leur fonction.

« Le métier que vous embrassez, vous devez l’honorer. Partout où il y aura des populations qui ont des enfants qui ont besoin d’éducation, il faut la leur apporter », a exhorté Saïdou Maïga en précisant que l’ensemble du pays, le Sahel en particulier, a besoin de ces compétences.

367 élèves ont été accueillis pour la 8e promotion mais à la sortie, ils sont 309 jugés aptes à exercer le métier, soit un taux de réussite de 84,19%. La formation s’est déroulée dans un contexte particulier à plus d’un titre, ont rappelé tour à tour le délégué des élèves et le directeur général de l’ENEP de Dori. « Nous manifestons notre reconnaissance à l’ensemble de l’équipe d’encadrement qui n’a ménagé aucun effort pour nous permettre d’atteindre ce jour », a indiqué Xavier ILBOUDO, le délégué de la promotion.

Dans une région sahélienne confrontée cette année au double défi sécuritaire et sanitaire, le choix du parrain de cette promotion se justifie. « C’est un homme qui devient chaque jour une réponse aux préoccupations du Sahel, et c’est cela que les fils de cette région attendent de leur leaders », a affirmé le Directeur Général de l’ENEP de Dori, Eladji Boubacar Tindano. Il a précisé que son école a formé plus de 3000 élèves-maîtres depuis sa création en 2011.

Le maire de Falagountou Saîdou Maïga

Chamboulé au plan national par la maladie à coronavirus, le calendrier scolaire a été davantage perturbé à Falagountou.

En effet, les enseignants « ont refusé de reprendre les cours pour les élèves en classe d’examen » sous prétexte d’insécurité, abandonnant les élèves de CM2 à leur propre sort.

Cette situation a obligé le maire et le conseil municipal à recruter des volontaires pour assurer l’encadrement des enfants jusqu’à l’examen.

Autant d’engagement au service de l’éducation qui ont prévalu au choix de Saïdou Maïga comme parrain.

« Vous n’auriez pas pu trouver mieux », a conclu le gouverneur de la région, par ailleurs président de la cérémonie de sortie.

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *