Wendlarima Sawadogo : « Tant qu’on ne change pas l’éducation au Burkina, il n’y a pas de développement »

138 3
ECOUTER

L’association Wendkouni pour le développement de l’Afrique a lancé  ce samedi 25 juillet 2020, à Ouagadougou son plan  de développement réel de l’Afrique 2020-2050, dénommé « plan Wendlarima Sawadogo ». Créé par le Pr Wendlarima Hermann Sawadogo, ce plan a proposé  des reformes pour le développement de l’Afrique et du Burkina en particulier.

Un  plan de développement réel de l’Afrique a été présenté et lancé par son concepteur, Pr Wendlarima Hermann Sawadogo ce jour, à Ouagadougou. En effet, à travers ce plan, Pr Sawadogo  a proposé des pistes de solutions pour permettre au Burkina et à l’Afrique de se développer grâce à ses propres actions.

« L’Afrique est riche mais, compte tenu de l’éducation qui est théorique, il est  pauvre » 

Ces pistes de solutions font état de deux reformes dont l’éducation et la santé. Sur la réforme de l’éducation, Pr Sawadogo a proposé l’introduction des métiers techniques dans toutes les filières  avec l’expertise de l’association Wendkouni pour le développement de l’Afrique.

« L’Afrique est riche mais, compte tenu de l’éducation qui est théorique, il est  pauvre. Le Burkina Faso est très riche. C’est un pays béni par Dieu. Mais compte tenu de l’éducation qui ne forme que les théoriciens et les revendicateurs (…), c’est difficile. Tant qu’on ne change pas l’éducation en Afrique et au Burkina, il n’y a pas de développement jusqu’à la fin du monde. Ce n’est pas possible », a-t-il affirmé.

Quelques produits fabriqués par l’association Wendkouni pour le développement de l’Afrique

Au niveau de la santé, il a proposé la mise en place d’usines de fabrication de produits pharmaceutiques pour l’homme et de produits vétérinaires pour les animaux dans chaque pays d’Afrique,  avec l’expertise de l’association Wendkouni pour le développement de l’Afrique. « Dans le domaine de la santé alimentaire, nos produits pharmaceutiques pour l’homme comme pour l’animal seront fabriqués en comprimés, en gélules au Burkina, en Côte d’Ivoire, au Bénin, partout en Afrique et seront consommés par les Africains», s’est-il exprimé.

« Si le Burkina adhère ce projet, le Burkina a 40 milliards de dollars »

A en croire le concepteur, le plan est très important, car, après une semaine de présentation,  100% des pays africains, c’est-à-dire les ambassadeurs de ces pays qui sont présents, ont accepté ce plan parce qu’ils connaissent sa rentabilité.

« Si le Burkina adhère à ce projet, le Burkina a 40 milliards de dollars, c’est-à-dire 20 000 milliards. Or le budget national ne dépasse pas 2000 milliards,  composé des emprunts », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que les conseillers techniques de la présidence ont reçu l’association Wendkouni pour le développement. « On a envoyé le plan un lundi. Le mardi, ils nous ont appelés pour nous écouter. Ils sont d’accord avec le plan au niveau de la reforme éducation. La reforme santé animale et humaine, ils n’ont rien dit mais, les autres pays, dont  5 des pays anglophones sont  actuellement d’accord avec le plan à 100% », a-t-il détaillé.

Le Pr Sawadogo a précisé que chaque ménage des pays d’Afrique qui adhérera à son plan de développement bénéficiera d’une prime mensuelle de 100 dollars, soit environ 50 000 F CFA par mois, à partir de l’année 2022.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24

Il y a 3 commentaires

  1. Je suis parfaitement d’accord avec le Pr Wendlarima Sawadogo. Tant qu’il n’ya pas de reforme au niveau de l’éducation et même nos mentalités pas de developpement.

  2. Oui le changement de l’éducation Pr ,c’est une belle.Je suis parfaitement d’accord avec et je suis ceux qui ont dit que la jeunesse burkinabè doit changer de mentalité.
    L’éducation au Burkina
    *Au CM2 :la 1ere guerre mondiale et la 2nde guerre mondiale constituent les éléments clé le programme
    *En 3e:la 1ere guerre mondiale et la 2nde guerre font la une dosée de la géographie des pays européens et autres
    *En terminale,1ere Guerre mondiale,2nde Guerre mondiale, bipolarisation, Guerre froide dont l’étude même si elle s’avère nécessaire devrait être reléguée au second plan au profit des filières professionnalisantes si on veut les jeunes enlèvent de leurs têtes l’idée de prétendre faire carrière dans un bureau.
    Tous ces vieux programmes devraient être laissés aux oubliettes au profit de ceux qui vont conduire ces jeunes à l’autoformation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre