DATA MUST SPEAK

Burkina : Vers une collecte optimum des informations dans le système éducatif

826 0

Le ministère en charge de l’éducation, en partenariat avec l’UNICEF, a organisé un atelier du 24 au 25 juillet 2020 à Ouagadougou. Il s’agissait du lancement de l’initiative DATA MUST SPEAK pour la collecte des informations dans le système éducatif.

DATA MUST SPEAK signifie « les données doivent parler ».  C’est une initiative de l’UNICEF et du ministère en charge de l’éducation pour venir en appui au système éducatif au Burkina Faso. Cette nouvelle donne vise à améliorer le système de pilotage de l’éducation au Burkina Faso.

Du 24 au 25 juillet 2020, les acteurs ont échangé sur le système d’information et de gestion de l’éducation au Burkina Faso. A écouter le représentant du ministre en charge de l’éducation, Adama Tamboura, la mise en œuvre de cette initiative va rendre plus performant le système d’information et de gestion de l’éducation (SIGE).

« Elle vise à mettre à la disposition des acteurs des outils de prise de décision et des dispositifs pour un retour de l’information vers les entités de base qui fournissent les données », a-t-il expliqué.

« Impliquer la communauté dans la gestion du système éducatif »

Ainsi, l’objectif général de DATA MUST SPEAK est d’améliorer la gestion du système éducatif et d’impliquer la communauté dans le système éducatif sur tous ses plans.

Adama Tamboura a indiqué que durant l’atelier, des réflexions ont été menées pour la mise en œuvre d’une feuille de route dans l’optique de permettre à la communauté d’avoir un retour sur les données collectées.

Lire également 👉Baccalauréat 2020 : 125 805 candidats iront à l’assaut du diplôme au Burkina Faso

« L’initiative consiste à mettre en place une stratégie qui va permettre à la communauté de voir son implication dans la gestion du système éducatif. A travers les données que nous recueillons auprès d’elle et qu’est ce qu’elle peut faire pour accompagner le système éducatif sur toute sa dimension », a-t-il précisé.

Le chargé de la section éducation à l’UNICEF, Geert Poorteman, a salué la tenue de cette rencontre. Pour lui, un grand pas a été franchi dans l’élaboration du projet DATAT MUST SPEAK. « Je suis satisfait que l’atelier ait eu lieu parce que c’est depuis la fin de l’année passée que nous avons commencé à réfléchir la dessus. Avec le Covid-19, c’est tombé dans l’oubli durant une certaine période », s’est-il-réjoui.

Corine GUISSOU (stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *