Mali: l’opposition rejette les propositions de la CEDEAO et exige la démission du président IBK

139 0
ECOUTER

Au lendemain du sommet extraordinaire par visio-conférence de la Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur la situation au Mali sanctionné par des propositions faites par les chefs d’Etats de l’Afrique de l’Ouest, l’opposition malien a vite fait de rejeter en bloc le plan de sortie de crise. La démission du Président Ibrahim Boubacar Kéita est exigée.  

La Cedeao à l’issue de son sommet extraordinaire sur le Mali ce lundi 27 Juillet 2020 a prévu le maintien au pouvoir du président IBK, tout en suggérant la formation rapide d’un gouvernement d’union nationale et des élections législatives partielles. L’organisation sous-régionale a toutefois menacé de sanctions ceux qui s’opposeront à son plan de sortie de crise dans ce pays.

Le Premier ministre Boubou Cissé, a aussitôt mis en place ce même lundi 27 juillet dans la soirée, un cabinet restreint de six ministres.

Au titre des ministères relevant de la prérogative du Président IBK, plusieurs figures de la précédente équipe dont Tiébilé Dramé à la tête de la diplomatie, le général Ibrahima Dahirou Dembélé à la Défense ou encore Boubacar Alpha Bah à l’Administration territoriale gardent leurs portefeuilles ministériels.

En guise de bonne foi, le pouvoir a attribué le poste de ministre de l’Economie et des Finances à l’opposition au travers de l’ex-banquier, Abdoulaye Daffé.

Comme l’on devait s’y attendre, l’opposition politique conduite par l’Imam Mahmoud Dicko a rejeté du revers de la main les propositions de la Cédéao et la main tendue du Président IBK. «Le M5-RFP, réaffirmant sa détermination à mener son combat pour sauver le Mali menacé de disparition en tant qu’État, Nation, Démocratie et République laïque, exige plus que jamais la démission de M. Ibrahim Boubacar Keïta et de son régime qui portent l’entière responsabilité de cette sinistre perspective pour notre pays», a déclaré dans un communiqué diffusé ce mardi 28 juillet 2020 le porte-parole  du M5-RFP.

Indépendamment de cette crise, le Mali est menacé par les groupes terroristes dans le Nord Sahélien.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : Africanews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre