Etat civil: Une caravane pour sensibiliser les populations  dans la région du Sud-Ouest

55 0

Dans le cadre du Projet de renforcement de l’offre et de la demande des services d’état civil et de promotion sociale (PRODEPS), le réseau Africain Jeunesse, Santé et Développement (RAJS) a organisé une caravane d’information et de sensibilisation. C’était du 4 au 7 août 2020 dans la région du Sud-Ouest.

Lancé officiellement le jeudi 11 avril 2019 à Bobo-Dioulasso, le projet PRODEPS vise, entre autres, à informer les populations sur l’existence et la gratuité des services d’état civil. Mis en œuvre est par l’ONG Save The Children avec la collaboration du RAJS/BF, le projet vise également à faire la promotion des services de qualité en matière d’état civil.

D’où la tenue de la caravane d’information et de sensibilisation. Il s’agissait  pour les caravaniers de faire l’état des lieux de l’état civil dans les localités visitées et des conditions de délivrance.

Des plaidoyers ont été organisés dans les villes de Batié, de Gaoua, de Diébougou et de Dano dans la région du Sud-Ouest. Ces rencontres ont constitué des cadres d’échange entre les autorités locales et les leaders d’opinion des localités. L’état des lieux de l’état civil dans ces localités, le délai et les conditions à remplir pour l’établissement d’un extrait d’acte de naissance, et les obstacles que rencontre l’état civil ont été passés à la loupe.

Il est ressorti plus d’une fois, que le manque d’attestation de naissance entrave le processus d’établissement de l’extrait d’acte de naissance. Cette situation est imputable au fait qu’un grand nombre de femmes accouchent à la maison. Pour ce qui est des femmes, la présente caravane est salutaire. « L’acte de naissance est le document primordial qu’un citoyen doit posséder », a indiqué Kierbou Dah, coordonnatrice départementale des femmes de Batié. Selon elle, les femmes peuvent jouer un rôle très important afin de changer la tendance.

« Cet atelier de plaidoyer a été vraiment très bénéfique parce qu’on avait beaucoup de zones d’ombre au niveau de l’état civil, surtout au niveau de l’enregistrement où les gens avaient du mal à faire la différence entre l’extrait d’acte de naissance et le jugement supplétif de naissance. Nous sommes donc sortis outillés de ce plaidoyer », a confessé le représentant de la communauté catholique de la commune de Batié, Frédéric, Bado.

Egalement, la caravane a consisté à faire des animations grand public. Des artistes comme Idak Bassavé, les Playerz et plusieurs artistes locaux ont fait bouger les foules et passer tour à tour des messages dans le sens que chaque dispose d’un acte de naissance. Le message semble être bien passé.

Les populations se sont engagées à offrir des actes de naissance à leurs enfants car disent-ils, « c’est le seul moyen pour scolariser nos enfants ». Selon la chargée de projet au RAJS, Tiendrebéogo Aïcha, « le projet est également présent dans les régions du Haut bassin et des Cascades ». 

Avec une durée de vie de trois ans, le PRODEPS a déjà à son actif, en deux ans de fonctionnement. L’initiative est d’ailleurs bien accueillie par les autorités à l’instar du secrétaire générale de la région du Sud-Ouest, Aboubacar Traoré. « Le premier acte citoyen est d’avoir un acte de naissance. J’invite les populations à accepter vraiment faire établir les actes de naissance au profit des enfants ».

Constant SOMDA

Pour Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *