Amado Traoré à Bobo : « Je suis la personne qu’il faut à la FBF »

207 0

A l’orée des élections à la présidence de la Fédération burkinabè de football (FBF), le candidat Amado Traoré a procédé au lancement de sa campagne le samedi 8 aout 2020 à Bobo-Dioulasso. Annonçant de nombreuses réformes, Amado Traoré pense être le candidat qu’il faut au sport roi.

C’est un Amado Traoré tout confiant qui s’est présenté aux acteurs du football. A l’en croire, « je suis le candidat qu’il faut à la FBF pour le bonheur du sport roi », estime celui qui dit être pétri d’une vingtaine d’années d’expériences.

Chose qui, dit-il, lui permettra de maitriser mieux que quiconque les rouages du ballon rond. Aussi, le candidat croit être le mieux entouré pour briguer la présidence de la FBF car « les vrais acteurs du foot sont avec moi ». Parlant de figures de proues, on en trouvait entre autres des soutiens comme l’ex Ministre des sports, Yacouba Ouédraogo et le manager de joueurs Rahim Ouédraogo.

Si Amado Traoré a choisi la ville de Bobo-Dioulasso pour le lancement de sa campagne, c’est parce que cette ville qui constitue le creuset du football fournit « 70% des joueurs de l’équipe nationale ». Et c’est en cela qu’il explique la nécessité de lui faire la part belle au cours de son mandat. « Les matchs internationaux de plusieurs catégories vont se jouer à Bobo-Dioulasso », promet le candidat qui pour rassurer de sa bonne foi a d’office installé la coordination de sa campagne dans ladite ville.

Comment réunir les ressources nécessaires pour professionnaliser les maillons du football ?

Mais la mise en exergue de la ville de Sya n’est pas la seule idée du candidat. Selon son responsable du programme, Boukary Sawadogo, le programme de Amado Traoré prône le développement à plusieurs dimensions.

« Sa dimension inclusive qui va élargir le champ de gestion de cette fédération à tous les niveaux du football; sa dimension participative parce que nous allons veiller à la contribution effective de chaque acteur dans l’animation de cette fédération et sa dimension holistique, parce que nous allons considérer les acteurs du football dans toute leur globalité », présente-t-il. Tout cela doit aboutir à la professionnalisation du secteur. Une professionnalisation qui au-delà des joueurs de football valorise chaque acteur de la chaine afin que chacun puisse se prendre en charge et assurer sa retraite.

Une question revient sur les lèvres : comment réunir les ressources nécessaires pour professionnaliser les maillons du football ? Le responsable du programme de Amado Traoré entend s’appuyer sur l’organisation de sessions de renforcements de capacités et de nouveaux métiers du football. Son candidat compte sur les financements classiques (qui existent au niveau national) et les financements à l’international où les opportunités à son avis demeurent insuffisamment exploitées.

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *