Burkina Faso : Les acteurs de l’éducation et de la formation en conclave

174 0

La revue à mi-parcours 2020 du Cadre sectoriel de dialogue éducation et formation (CSD-EF) du Plan national de développement économique et social (PNDES) a eu lieu ce lundi 10 août 2020 à Ouagadougou.

Dans un contexte mondial et national marqué par la pandémie de Coronavirus, le secteur de l’éducation, à l’instar de nombreux autres secteurs, fait face à des défis.

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités du PNDES, le gouvernement a défini 14 secteurs de planification dont le cadre sectoriel de dialogue éducation et formation qui regroupe le ministère de l’éducation, celui de l’enseignement supérieur et de la recherche et celui de la jeunesse.

Les trois ministères ont évalué ce lundi 10 août 2020 les acquis à mi-parcours afin de palier aux insuffisances qui seront relevées dans le secteur éducatif.

Le professeur Stanislas Ouaro a rappelé que cet exercice intervient dans un contexte marqué par trois défis majeurs dont le défi sécuritaire, celui de la fronde sociale et la pandémie à Coronavirus. « Il me plait de rappeler que l’exercice de ce matin, qui nous donne l’opportunité d’apprécier les performances à mi-parcours et les perspectives pour le reste de l’année 2020, nous permettra de prendre des décisions pertinentes afin de corriger les insuffisances constatées et d’accélérer le rythme de mise en œuvre », a dit le ministre.

Un bilan satisfaisant au vu du contexte

En ce qui concerne le taux d’exécution des réformes stratégiques et des investissements structurants du PNDES au compte des trois ministères membres du cadre sectoriel de dialogue éducation et formation, le bilan est jugé « satisfaisant » à mi-parcours.

« Le taux de réalisation physique global est de 47,20% au 30 juin 2020, comparativement à celui de 2019 qui était de 49,84% sur la même période ; d’où une baisse de 2,64 points de pourcentage.

Quant au taux d’exécution financière, il est de 36,49% au 30 juin 2020 contre celui enregistré en juin 2019 qui était de 40,71% ; soit une baisse de 4,22 points de pourcentage.

En ce qui concerne les réformes stratégiques et les investissements structurants, les taux d’exécution physique et financière au 20 juin 2020 sont respectivement de 70% et de 82% soit un gain de 46,56 points de pourcentage et de 72,91% », a informé le ministre de l’éducation nationale.

Il a salué les efforts consentis par les trois ministères qui témoignent d’un travail assidu de la part de ses membres. Il a par ailleurs invité les membres des dits ministères à mutualiser leurs efforts pour l’amélioration des acquis.

Corine GUISSOU (stagiaire)

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *