Fonds national de solidarité : L’appel de Laurence Marshall

643 0

Il existe au Burkina Faso, un mécanisme d’assistance aux personnes en difficulté appelé Fonds national de solidarité (FNS). Ce fonds ; qui au fil des ans a permis de secourir des milliers de personnes vulnérables, a été présenté par la Ministre de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire Laurence Marshall Ilboudo le jeudi 13 aout 2020 à Bobo-Dioulasso.

Le Fonds national de solidarité ((FNS) est un Etablissement public de l’Etat à caractère social et humanitaire qui tire son origine de la Caisse de solidarité révolutionnaire créée en 1983.

S’il a été restructuré en 2008 pour répondre aux besoins de l’heure, l’objectif de ce fonds qui œuvre pour l’assistance sociale, la promotion socioéconomique, l’appui aux secours d’urgence aux victimes de catastrophes naturelles et autres sinistres,  est resté le même.

En 2018, ce sont des actions de secours d’un montant de 487 969 137 francs CFA qui ont été réalisées par le fonds dans plusieurs secteurs sociaux. Notamment la prise en charge sanitaire de 189 personnes vulnérables, la dotation de 85 personnes vivant avec un handicap en matériel de mobilité, le retrait de 490 femmes et enfants de la rue et la prise en charge de 395 victimes des situations d’urgence sociale selon le ministère de tutelle.

Dans le même élan de solidarité, le fonds qui a connu une amélioration en 2019 se chiffrait à 1 288 594 317 francs CFA. Il a permis d’intégrer aux secours habituels, la prise en charge de 473 victimes de l’insurrection  populaire et du putsch, augmentant ainsi le nombre des bénéficiaires à 6 797 personnes.  

Le ministre Laurence Marshall (milieu) lors de la rencontre

De l’aide alimentaire au financement de projets porteurs en passant par la formation, la ministre Marshall rassure de l’utilité du fonds et de la pertinence de son approche holistique qui inclut un accompagnement psychologique.

Toutefois, elle ne voudrait pas marchander la dignité des bénéficiaires. «Je vous assure que ça marche. Nous avons des modèles de réussite. Mais nous ne pouvons les exposer comme des trophées parce que la solidarité nationale n’est pas une affaire politique », dit-elle.

Appel à la mobilisation interne

Le fonds, qui se veut être un tremplin pour l’autonomie des personnes indigentes, prévoit un accompagnement de trois ans. Selon la ministre, il est octroyé à travers l’auto ciblage effectué par les agents du ministère et les demandes d’accompagnement qui leur sont adressées par les personnes dans le besoin.

Mais toujours est-il que le processus de traitement, ne devant pas dépasser deux semaines, exige une enquête de vulnérabilité dans les 48 heures suivant la demande. «  Mais les victimes d’attaques sont traitées avec plus de diligence», assure-t-elle.

 Dans une projection vidéo, plusieurs partenaires et bénéficiaires ont témoigné des bienfaits de ce mécanisme de solidarité financé par l’Etat burkinabè et des partenaires au développement. L’encouragement de ces derniers nécessite aux dires de Laurence Ilboudo, une participation citoyenne.

«En 2019, la mobilisation interne se chiffrait à 34 millions de francs. Mais si chaque travailleur burkinabè contribue à hauteur de 1000 francs par an, nous aurons une mobilisation interne de plus d’un milliard », a-t-elle souhaité.

    Les souscriptions au fonds sont réalisables sur quatre comptes. A savoir le compte TRESORS N :443 360 000 001, le compte BICIAB N :090 530 604 1600 114. A cela s’ajoutent les moyens de paiement électronique via OrangeMoney et MobiCash respectivement  sur les numéros 64 07 76 24 et 62 29 97 77.

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-DIoulasso



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *