Assassinat du grand imam de Djibo : Condamnations et interpellation à Ouagadougou

545 0

Ce samedi 15 août 2020, le grand imam de Djibo Souaibou Cissé, président de la communauté musulmane du Soum a été retrouvé assassiné  dans le village de Tileré (province du Soum). Le gouvernement et quelques autorités ont condamné cet assassinat et présenté leurs condoléances.

Enlevé le 11 Août dernier à Gaskindé dans la province du Soum, le grand imam de Djibo Souaibou Cissé a été retrouvé assassiné ce 15 août. Dans des communiqués, les autorités se sont prononcées sur cet assassinat.

Qualifiant cet assassinat d’ignoble et barbare, le président du Faso Roch Kaboré, a présenté ses condoléances à la famille et à l’ensemble de la communauté musulmane.

« Le meurtre de ce dignitaire religieux, chef de la communauté musulmane du Soum, est révélateur de la nature profondément obscurantiste et inhumaine de ses auteurs. Je condamne fermement cet assassinat odieux, qui vise à saper notre modèle  de tolérance religieuse, et les fondements de notre Nation », a-t-il affirmé dans un message.

Le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré a, lui aussi, dans un message, exprimé sa compassion à la famille.” L’assassinat lâche et barbare, du grand imam de Djibo, Souaibou Cissé, illustre à souhait, la volonté de l’ennemi, d’éloigner notre peuple des vraies valeurs morales et religieuses, qui fondent notre vivre-ensemble. Je salue la mémoire de ce grand leader religieux, un digne fils du pays, qui était un homme épris de paix. J’exprime ma solidarité et ma compassion envers sa famille, et l’ensemble des populations de Djibo”, a-t-il déclaré.

Le ministre des affaires étrangères, Alpha Barry a également manifesté sa tristesse. « Je condamne ce lâche assassinat  et m’incline devant la mémoire de ce sage et grand guide religieux. J’avais eu l’occasion d’échanger avec lui en août 2018 à Djibo », a-t-il écrit.

De son côté, le chef de file de l’opposition Zéphirin Diabré a présenté ses condoléances et  interpelé le gouvernement burkinabè sur l’impérieuse nécessité de sécuriser l’axe Namsiguia-Djibo, longue d’une trentaine de kilomètres, et de protéger les personnalités religieuses, coutumières et civiles. « C’est avec une profonde douleur que j’ai appris que le grand Imam de Djibo, par ailleurs Président de la Communauté musulmane du Soum, Souaibou Cissé, a été assassiné par les ravisseurs qui l’avaient enlevé le 11 août dernier sur l’axe Namsiguia-Djibo. Mes pensées et ma compassion vont à la famille éplorée, aux habitants du Soum et à la Communauté musulmane du Burkina. La mort de l’Imam Cissé est une énorme perte pour l’ensemble du peuple burkinabè. L’imam était un résistant, une référence dans la foi, et un symbole de résilience communautaire (…). C’est le lieu pour moi d’interpeller une fois de plus le Gouvernement burkinabè sur l’impérieuse nécessité de sécuriser l’axe Namsiguia-Djibo, longue de seulement une trentaine de kilomètres, et de protéger les personnalités religieuses, coutumières et civiles qui constituent des verrous que nos ennemis sautent les uns après les autres», a-t-il laissé entendre.

Le gouvernement pour sa part, à travers son porte-parole Remis Dandjinou, assure que les forces armées sont mobilisées pour retrouver les auteurs de cet assassinat et les traduire devant la justice.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *