La position de Vision Burkina sur l’accord politique de l’opposition

202 0

Ceci est une déclaration du parti “Vision Burkina” sur l’accord politique de l’opposition.

Le 18 août 2020, huit candidats de l’opposition à l’élection présidentielle de novembre 2020 ont paraphé à Ouagadougou un accord politique pour une entente cordiale de soutien mutuel et réciproque en cas de 2ème tour entre  le candidat de la majorité et l’un des leurs, et selon les convenances de chaque parti ou cas où le 2ème tour opposerait deux candidats signataires de leur accord.

Le parti « Vision Burkina – Parti Pacifiste » n’ayant jamais été informé ni associé à une quelconque démarche dans ce sens, en prend acte. Même s’il est écrit que l’accord reste ouvert à d’autres candidats qui souhaiteraient y souscrire, le candidat de « Vision Burkina » Kiemdoro Dô Pascal Sessouma ne saurait s’inviter de lui-même à une table à laquelle il n’a pas été convié pour les préparatifs.

Cette démarche d’une union apparente pour chasser Roch du pouvoir met à nu les contradictions et les incongruités des programmes des différents candidats signataires de l’accord, car on ne peut confondre des libéraux avec des socio-démocrates, tout comme on ne aurait confondre des tomates avec des pastèques.  Certes tout est consommable, mais tout n’a pas le même goût.

Vision Burkina, un parti résolument pacifiste, ne saurait accepter que son candidat aille diluer son programme politique dans un éventuel gouvernement de large ouverture qui serait forcément l’objectif d’une telle alliance contre nature en cas de victoire de l’un de ces signataires.

Vision Burkina est et demeure un parti d’opposition tel que décliné dans le discours programme de son président lors de la rentrée politique du parti le 13 juin 2020 à Ouagadougou.

La loi ne fixant pas un délai pour afficher son affiliation à l’une ou l’autre des structures de l’opposition (CFOP ou ONA), Vision Burkina ose espérer avoir plus de considération et de reconnaissance de la part de ses pairs, car un jeune parti n’est pas forcément un petit parti, et même les petits partis, légalement reconnus, méritent respect et considération.

Rendez-vous le 22 novembre !

Le service de la communication de Vision Burkina.

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *