Effacement des classes sous-paillote : Sur 4 353 attendues, 3 190 réalisées

186 0

Après les provinces de la Sissili et du Ziro les 17 et 18 août 2020, le ministre de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN), le Pr Stanislas Ouaro, s’est rendu les 19 et 20 août 2020, avec une forte délégation, dans les provinces du Boulkiemdé et du Sanguié. Cette tournée dans la région du Centre-ouest du Burkina Faso a permis à l’équipe du MENAPLN de toucher du doigt, les réalisations faites.

« C’est un bilan satisfaisant au regard des infrastructures réalisées et de ce que nous avons vu sur le terrain ». C’est le bilan dressé par le ministre en charge de l’éducation, le Pr Stanislas Ouaro après la visite d’infrastructures éducatives dans les provinces du Boulkiemdé et du Sanguié, région du Centre-ouest, les 19 et 20 août 2020. Près d’une dizaine d’écoles réalisées dans cette région avec l’appui de la République populaire de Chine ont été visitées « pour nous rassurer, a indiqué le Pr Ouaro, que ces écoles seront prêtes pour la rentrée ».

Centre-Ouest : Des imperfections dans certaines écoles récemment construites

Burkina 24

Malgré tout, « il reste beaucoup d’efforts à faire » dans le domaine de la construction des infrastructures, a reconnu le Pr Ouaro. Ainsi, pour l’effacement des classes sous-paillote, « nous avons réalisé un peu plus de 73% sur la cible. C’est-à-dire 3 190 salles de classes réalisées contre 4 353 qu’on devait réaliser », a fait savoir le ministre. Mais pour les Collèges d’enseignement général (CEG), le bilan est tout autre. « Sur une cible 310 à réaliser, nous avons réalisé 529 », a soutenu le ministre.

Pour ce qui concerne les lycées techniques, a poursuivi le ministre en charge de l’éducation, seuls deux ont été réalisés sur une cible d’une par région, donc 13. Ces objectifs n’étant pas atteints, le ministre s’est expliqué.  

« Si on n’avait pas le défi sécuritaire qui pousse le gouvernement à orienter 23% contre 7% en 2015 de ses ressources budgétaires dans la défense et la sécurité, si la question de la fronde sociale n’avait pas amené le gouvernement à mettre un peu plus de 400 milliards  F CFA supplémentaires pour le paiement des salaires, si la maladie à coronavirus n’avait pas obligé le gouvernement à dégager sur le budget 2020 plus de 100 milliards F CFA pour faire face à cette pandémie, on aurait pu réaliser plus ».

Pr Stanislas Ouaro, ministre en charge de l’éducation

En plus des écoles, le ministre et sa délégation ont visité le Lycée technique de Koudougou « qui est achevé et attend ses équipements ». D’un coût d’environ 1 milliard 500 millions F CFA, ce lycée technique dispose de trois ateliers en génie mécanique, génie électrique et génie civil.

Par ailleurs, le ministre et sa délégation se sont rendus au Lycée scientifique régional de Koudougou, inauguré le 12 octobre 2019. « Nous l’avions déjà inauguré, rassure le ministre de l’éducation, mais j’ai tenu à visiter parce que quand on inaugurait, il n’était pas clôturé et il manquait le réfectoire pour les élèves. C’était l’une des doléances des élèves. Le réfectoire a été réalisé et la clôture est pratiquement achevée ».

Lire 👉 Burkina Faso : Des écoles sous paillotes “effacées” dans le Centre-Ouest

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

940 Burkinabè décorés

Posté par - 6 décembre 2017 0
En prélude au 11-Décembre, fête nationale de l’indépendance du Burkina Faso, le mérite de près de 1000 Burkinabè a été…

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *