Global Green Growth Institut GGGI

Intégration du genre dans les politiques de développement : Des agents outillés à Koubri

1062 0

Dans le cadre de la révision de la Contribution Déterminée au niveau National du Burkina Faso, l’institut mondial de la croissance verte (Global Green Growth Institut GGGI en anglais) a organisé du 18 au 20 août 2020 à Koubri un atelier de renforcement de capacités des représentants des ministères sectoriels en genre et changements climatiques. Cette formation vise l’intégration du genre dans les projets et planifications de développement.

La Contribution Déterminée au niveau National (CDN) est le document national d’engagement en termes d’efforts pour la réduction d’émission des gaz à effet de serre et qui prend en compte le genre et la participation des ONG.

Le représentant résident de l’institut mondiale pour la croissance verte, Mallé Fofana
Mallé Fofana, le représentant résident de l’institut mondial pour la croissance verte

Ainsi, dans le cadre de la révision de la CDN du Burkina Faso, l’institut mondial de la croissance verte (Global Green Growth Institut GGGI) a organisé un atelier de formation sur l’intégration du genre dans les plans sectoriels.

Le représentant résident de l’institut, Mallé Fofana, a expliqué que l’impact du changement climatique est plus déterminant au niveau des femmes et surtout des personnes vulnérables. « Il devient très important d’intégrer dès le départ la notion de genre et de l’équité à l’interne pour assurer un meilleur avenir à ces personnes », a-t-il souligné.

Durant trois jours, des personnes en charge de l’élaboration des politiques de développement et de planification ont été outillées sur l’importance de l’intégration du genre dans les projets, planifications et plan d’action.

Lire également👉 Accord de Paris sur le climat : Le Burkina se prépare à réviser son document d’engagement

Cette formation a concerné des représentants de six départements ministériels,  notamment les ministères en charge de l’énergie, de l’urbanisme, de la santé, de l’enseignement supérieur, des finances et des infrastructures.

Helene Kibsa Lema, agent au ministère en charge de l’enseignement supérieur, a indiqué que l’intégration du genre était importante dans la réussite des planifications et des projets.

« Ce que nous avons vu durant ces trois jours, va impacter nos manières de formuler les politiques, les plans d’action et nos projets. On nous a prouvés l’importance de la prise en compte du genre dans tous les domaines. Comme le disait le formateur, nous allons porter des lunettes genre. C’est-à-dire que nous devons avoir le réflexe de toujours prendre en compte le genre dans tout ce que nous faisons », a-t-elle ajouté.

l’intégration du genre dans les projets et planifications de développement
L’intégration du genre dans les projets et planifications de développement

Egalement, Rodrigue Zongo, agent au ministère en charge des finances et du développement, a salué cette formation.

« Cette formation est la bienvenue puisqu’elle va nous permettre de capitaliser surtout que nous avons en charge l’appui à la formulation des politiques publiques. Ça va nous permettre d’intégrer les questions de genre et de changement climatique qui sont liées à la contribution déterminée nationale pour la prise en compte des thématiques dans les politiques publiques. Egalement, cette formation va améliorer la qualité de nos documents de planification », a-t-il exprimé.

Pour lui, avant quand on parlait de genre, il faisait allusion à la question de la femme. Maintenant, il a compris que le genre prend en compte plusieurs spécificités. Il s’agit, entre autres, des catégories de personnes qui présentent des insuffisances par rapport à une situation.

Jules César KABORE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *