Burkina Faso : Le Réseau des Caisses populaires entre dans l’ère du digital

155 0

La Confédération des institutions Financières d’Afrique de l’ouest (CIF-AO), a procédé au lancement d’un  nouveau modèle d’informations et de gestion, ce samedi 22 août 2020 à Ouagadougou.

La Confédération des Institutions financières d’Afrique de l’Ouest regroupe six réseaux de coopératives et mutuelles d’épargne et de crédit établis au Burkina Faso, au Bénin, au Togo, au Mali et au Sénégal. Elle a pour objectif une intégration sous-régionale.

La CIF a présenté ce samedi 22 août 2020 un projet qui vise l’optimisation des processus de production et gestion des ressources tant humaines que matérielles.

Démarré en 2015, ce projet désormais effectif au Burkina Faso mobilise environ 10 milliards de FCFA, et compte offrir des services de qualité à travers le logiciel transactionnel SAB-AT. C’est donc entrer dans l’ère du digital et offrir des prestations de qualité aux membres. En effet, tous les membres des réseaux CIF pourront faire des transactions dans d’autres pays.

Il est question de permettre aux membres de réaliser des transactions via les agences et également via le téléphone mobile, consulter les comptes à travers la banque à distance. Un membre du réseau des Caisses populaires du Burkina Faso pourra aisément faire des opérations au Mali, au Togo, au Bénin et au Sénégal.

Un logiciel pour répondre aux attentes de la clientèle

« Ce nouvel outil va faciliter les transactions 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et partout où le client se trouvera. C’est un outil plus sûr et plus moderne pour nos membres et clients et nos entreprises », a déclaré Mathieu Soglonou, directeur général de la CIF.

Il a par ailleurs indiqué que la force de ce logiciel est qu’il va permettre de réduire le temps d’attente au sein des guichets et les clients pourront faire des opérations bancaires depuis leur lit.

L’effectivité de ce logiciel SAB-AT se fera en des étapes. D’abord la mise en place du système au Burkina Faso au niveau des caisses populaires et au siège de la confédération. Egalement, permettre l’intégration et l’interconnexion des pays membres de la CIF pour l’optimisation du service.

En outre, Azaratou Sondo, directrice générale de la faîtière des caisses populaires du Burkina Faso, a expliqué que l’entrée dans le monde du digital concerne également le monde rural. Elle a affirmé qu’il est pertinent de permettre à leur clientèle de gagner en temps et de faciliter leur transaction. « Ce nouveau système d’information et de gestion nous permettra d’aller très rapidement, d’être plus prompts à répondre aux sollicitations des membres en termes d’octroi du crédit par exemple. (…) En termes de communication, en temps réel, les membres pourraient avoir des informations sur les mouvements de leur compte sur des services qu’ils peuvent demander à distance sans forcément se déplacer au niveau de l’agence siège», a-t-elle dit.

Pour conclure, ils ont demandé l’indulgence des membres dans la mise en œuvre de ce logiciel. Des difficultés sont à notées le temps que la mayonnaise prenne. Et foi des dirigeants, elle le ser très prochainement sur l’ensemble du territoire du Burkina Faso. 

Corine GUISSOU (stagiaire)

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *