Alassane Bala Sakandé : « Nous ne sommes pas des quémandeurs de lenga »

227 0

A l’issue de l’adoption de la loi modificative du code électoral ce mardi 25 août 2020, le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, s’est exprimé sur la prorogation du mandat des députés.

Après une tournée des élus nationaux dans les cinq régions les plus touchées par l’insécurité, la représentation nationale a produit un rapport. Le document a été remis au Chef de l’Etat, Roch Kaboré, le 8 juillet 2020. Dans ledit rapport, l’Assemblée nationale a fait une série de recommandations à l’endroit du gouvernement burkinabè dont le report des élections législatives. Cette recommandation a fait couler beaucoup d’encre et de salive.

Selon plusieurs observateurs, les députés voulaient s’adjuger un bonus « lenga ». A l’issue du vote de la loi modificative du code électoral, le président de l’assemblée, Alassane Bala Sakandé, s’est prononcé.

Lire également 👉 Burkina Faso : Le Parlement recommande de reporter les législatives
« Je tenais à porter à la connaissance du peuple burkinabè ce qui a animé les différents présidents des groupes parlementaires pour voter cette loi. Les uns et les autres l’ont fait pour sauver l’essentiel. Les uns et les autres l’ont fait parce que nous avons eu des retours en ce qui concerne le dialogue politique.
Les uns et les autres l’ont fait, qu’il n’y ait pas que nous ne sommes pas conscients de la situation qu’il y a sur le terrain. Nous sommes allés, nous avons vu. Nous avons rapporté.
Nous ne sommes pas des quémandeurs de lenga. Nous n’en voulons pas, nous voulons des élections apaisées et transparentes. Nous voulons la paix pour notre pays. Nous ne voulons pas une interruption républicaine ou constitutionnelle dans ce pays.
Nous avons fait en sorte que les oiseaux de mauvais augure qui ont tout de suite fait de dire que les députés veulent s’octroyer un lenga. Nous voulons juste leur dire en face de tout le monde entier et de tout le Burkina Faso que nous sommes des élus nationaux. Nous sommes allés sur le terrain et c’est notre rôle, de constater et de venir faire des rapports de recommandations.
L’Assemblée nationale n’a aucun pouvoir de décision. Nous recommandons, nous prévenons, nous levons le lièvre et c’est ce travail que nous avons fait. D’autres ont vite fait de dire que nous avons voté une résolution pour s’octroyer un lenga.
Et j’ai dit à quelque part que le meilleur lenga que nous pouvons nous octroyer, c’est 5 ans. Parce que celui qui peut le plus peut le moins. Si ce qu’on n’a pas pu faire en 5 ans, on n’a pas eu le temps pour le terminer, ce n’est pas en un an qu’on peut le faire. Et c’est compte tenu d’une situation.
Aujourd’hui, les honorables députés sont contents, le président de l’Assemblée nationale est content. Nous sommes satisfaits et confiants pour l’avenir de ce pays parce que nous sommes persuadés et convaincus qu’à partir du vote de ce code électoral, il n’y aura pas de crise post-électorale.
Parce que toute la classe politique s’est accordée pour dire que nous devons aller aux élections. Et nous avons embouché cette trompette qui est de faire en sorte que l’unité, la cohésion, la paix demeurent dans ce pays. Aujourd’hui, le Burkina Faso est épargné d’un coup d’Etat institutionnel et c’est tout à l’honneur de l’ensemble des députés »
(Alassane Bala Sakandé)

En rappel, le projet de loi portant modification de la loi Nº 014-2001/AN du 03 juillet 2001 portant Code électoral a été adopté ce mardi 25 août 2020. Sur les 120 votants, 9 députés ont voté contre, 4 se sont abstenus et 107 ont voté pour.

Jules César KABORE

Burkina 24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *