Côte d’Ivoire : Dans l’attente de son passeport, Laurent Gbagbo s’impatiente et accuse

117 0

L’ancien Président ivoirien, Laurent Gbagbo est toujours dans l’attente de son nouveau passeport dont il en a fait la demande le 28 Juillet 2020 à l’Ambassade de Côte d’Ivoire en Belgique. Lui et ses proches dénoncent une volonté manifeste d’Abidjan de l’empêcher de regagner son pays avant l’élection présidentielle du 31 octobre.

« Le Consul nous a répondu que notre demande avait bien été transmise à Abidjan et qu’il fallait encore attendre leur réponse. Cette situation est aussi absurde que surprenante. Une demande de passeport est un acte administratif ordinaire qui ne devrait pas dépendre des autorités politiques. Pour nous, il s’agit d’un refus de lui délivrer son passeport dans le seul but de l’empêcher de rentrer en Côte d’Ivoire», rapporte Me Habiba Touré qui s’est rendue à l’ambassade de Côte d’Ivoire à Bruxelles pour s’enquérir des nouvelles de la demande de passeport faite par l’ex-chef d’Etat ivoirien le 28 Juillet dernier.

L’avocat de Laurent Gbagbo a également ajouté que le délai de traitement est généralement de deux semaines maximum et les ressortissants ivoiriens qui en ont fait la demande au même moment ont pu rentrer en possession de leurs passeports.

L’ambassadeur ivoirien à Bruxelles pour sa part rassure qu’il ne s’agit pas de refus mais que la requête suit son cours, d’autant plus que le délai de traitement d’une demande de passeport oscillerait plutôt entre 30 et 45 jours.

Laurent Gbagbo est autorisé par la Cour Pénale Internationale (CPI) à rentrer chez lui et ce, depuis l’allègement de son régime de liberté conditionnelle en fin Mai 2020. Depuis lors il s’active à regagner son pays malgré sa radiation, tout comme Guillaume Soro, de la liste électorale en raison de sa condamnation à vingt ans de prison par la justice ivoirienne pour l’affaire du casse de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest, BCEAO, lors de la crise post-électorale de 2010-2011.

Son récent recours a été rejeté par la Commission électorale indépendante (CEI) mi-août et entériné par la justice ivoirienne ce mardi 25 Août 2020. Selon son avocat, la décision du tribunal de première instance du Plateau rendue ce mardi n’est pas susceptible d’un autre recours.

A propos de son éventuelle candidature à la prochaine présidentielle ivoirienne, Me Habiba Touré explique que « le président Gbagbo n’a pas encore pris de décision pour la suite. Ce qu’il voit et ce qui l’inquiète, c’est surtout qu’Alassane Ouattara pose tous les actes pour faire sombrer la Côte d’Ivoire dans une nouvelle crise politique », a-t-elle conclu.

En tout état de cause, le dépôt des candidatures à la présidentielle étant fixé au 31 août, soit dans moins d’une semaine, la candidature de Laurent Gbagbo est fortement compromise.

En tout état de cause, un éventuel retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire constituerait une réelle menace pour l’actuel président ivoirien, Alassane Ouattara officiellement candidat à « un troisième mandat » pour la présidentielle du 31 Octobre prochain.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : Jeune Afrique

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *