chef de Raguitenga

Construction de la cité de Korsimoro : La population de Raguitenga peine pour son indemnisation

224 0

Dans le cadre de la construction d’une cité dans plusieurs villages dont Raguitenga, village situé dans la région du Centre-Nord, à 70 km de Ouagadougou, la population touchée peine pour avoir son indemnisation. La lourdeur administrative est le motif avancé par les autorités locales. Cependant, la population est sommée de ne pas cultiver sur le site choisi.

La Mairie de Korsimoro a engagé la construction d’une cité moderne sur plusieurs villages dont Raguitenga  en 2017 sur une superficie de 400 hectares. Les habitants touchés par les travaux peinent de nos jours à rentrer en possession de leurs indemnités.

Cependant, le conseil municipal et ses partenaires avaient prévu de régler les propriétaires terriens depuis le mois de juillet 2020. Mais ce rendez-vous n’a pas été respecté.

…sans indemnisation et sans terres pour cultiver

 La date du 15 août 2020 avait finalement été retenue. En fin août, cette date n’a toujours pas été respectée. Le conseil municipal a justifié ce rendez-vous manqué par la lourdeur administrative. Le maire de Korsimoro, Jacques Ouédraogo, demande l’indulgence des populations afin d’élucider  cette affaire.

Pourtant, l’ordre avait été donné aux populations de ne pas exploiter les terres cultivables en cette saison d’hivernage. Les habitants se retrouvent sans indemnisation et sans terres pour cultiver.

Le chef du village qualifie l’attitude de l’autorité municipale « d’abus de pouvoir ». En début du mois de juillet, le chef de Raguitenga a rencontré le Dima de Boussouma pour comprendre. Ce dernier l’a rassuré qu’il prendra à bras le corps ce problème. Jusqu’à fin août, les habitants sont toujours dans l’attente d’une réponse salvatrice.

Selon une source bien introduite, ce projet de construction de la Cité s’élèverait à plus de 15 milliards de FCFA.

 

maire de Korsimoro, Jacques Ouédraogo
Jacques Ouédraogo le Maire de Korsimoro

Le chef de Raguitenga lance un cri de cœur au Procureur du Faso, au ministre de la justice, de l’administration et celui en charge de l’Habitat afin de procéder à l’ouverture d’une enquête pour faire la lumière sur ce projet.

Pendant ce temps, le conseil municipal a déjà commencé les travaux  de bornage sur le site.

En rappel, sur un hectare, il est proposé deux parcelles et la somme d’un million de FCFA aux propriétaires terriens.

Jules César KABORE

Burkina 24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *