Eau potable à Ouagadougou : Les habitants du secteur 45 attendent toujours

557 0

Les habitants du secteur 45 situé dans l’arrondissement 10 de Ouagadougou se sont mobilisés le jeudi 27 août 2020  pour dénoncer le calvaire qu’ils vivent depuis plusieurs années : l’accès à l’eau potable. Après une rencontre avec le maire de l’arrondissement, une entente a été trouvée. Le lundi 31 août 2020, une délégation conduite par le maire, Jérémie Sawadogo et les représentants des habitants a prévu d’échanger avec les responsables de l’ONEA sur la question.

Depuis 2006, les populations déguerpies  pour la construction du projet Ziga I sont dans ce quartier, mais  n’ont pas encore de l’eau potable. Burkina24 en avait  fait écho en 2018. Deux ans plus tard, les choses n’ont pas  drastiquement évolué.

Face à cette situation, ce jeudi 27 août 2020, les habitants ont levé le ton pour interpeller les autorités. Selon eux, depuis juin 2019, les agents de l’ONEA ont placé des conduits d’eau mais aucune goutte n’en est sortie. A les écouter, les trous creusés pour poser les tuyaux n’étant pas bien fermés, causent des accidents à tout moment.

Pour mieux comprendre le problème, lire aussi : Arrondissement 10 de Ouagadougou : Le secteur 45 privé d’eau depuis 2006

Aboubacar Zouré, l’un des habitants, a fait noter que plusieurs démarches auprès de l’ONEA et de certains délégataires sont toujours restées infructueuses. « L’ONEA nous a promis de l’eau par le biais de la mairie mais jusqu’à présent, c’est le statut quo. On n’a toujours pas l’eau. Également il se trouve qu’on  est enclavé, il n’y a pas de voie d’accès depuis le lotissement», a-t-il réagi.

La manne bleue est devenue une denrée rare à Taabtenga. Le  fût d’eau (communément appelé barrique) se vend à 750 FCFA, selon les habitants. Ils confient que parfois, disposer de l’argent ne garantit pas l’accès au précieux liquide.

Le plaidoyer de la mairie

Le maire de l’arrondissement 10, Jérémie Sawadogo, a rencontré les habitants ce jeudi pour entendre leurs doléances. Il a laissé entendre que par le truchement du projet Ziga Il, le gouvernement a fait des « efforts »  pour rendre disponible l’eau dans cette zone. « Mais les travaux sont lents », a-t-il reconnu. Jérémie Sawadogo a affirmé avoir compris et noté les problèmes qu’ils lui ont été posés.

« Nous avons pris langue avec les responsables de l’ONEA pour échanger afin de résoudre leur problème», a-t-il dit. « Je suis d’avis avec cette population que le problème est crucial. On a l’habitude de dire que l’eau, c’est la vie. Quand il n’y a pas de l’eau, on peut imaginer qu’il n’y a pas la vie. Même s’il y a la vie, on peut imaginer qu’elle n’est pas prospère,  elle n’est pas dynamique », a souligné le premier citoyen de l’arrondissement 10.

D’autres problèmes

Il a ajouté qu’un comité au niveau de la mairie  suit l’évolution des travaux avec l’ONEA. L’édile précise que la mairie ne fait que le plaidoyer mais l’opérationnalisation de l’eau viendra forcément de l’ONEA. « C’est pour cela j’ai demandé à la population de choisir deux personnes, nous irons ensemble à l’ONEA. Nous allons faire un plaidoyer. Nous allons demander de l’aide à l’ONEA pour que ce projet soit opérationnel », a-t-il poursuivi.

En plus du manque d’eau, ces populations sont confrontées au déficit d’électricité et d’infrastructures routières et sociales, malgré  que le quartier soit loti. Il ne dispose que d’une école primaire, note un habitant. Les autorités leur avaient promis un CSPS. Une promesse qui attend aussi  d’être réalisée.

Willy SAGBE

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *